Le classement BBFAW, qui évalue les engagements mis en œuvre par les entreprises en termes de bien-être animal, fait ressortir une progression des grands groupes alimentaires. Sept entreprises françaises ont augmenté d’un niveau. Crédit : Adobe Stock.

Qualité

Bien-être animal : 60 % des grandes entreprises agroalimentaires disposent d’une politique dédiée

6 avril 2020 - Marjolaine Cérou

Le classement BBFAW, qui évalue chaque année les engagements mis en œuvre par les entreprises en termes de bien-être animal, fait ressortir une progression des grands groupes alimentaires. Sept entreprises françaises ont augmenté d’un niveau.

Chaque année, le classement « Business Benchmark on Farm Animal Welfare » (BBFAW) fait ressortir les progrès en termes de bien-être animal des grands groupes du secteur agroalimentaire. Pour cette huitième édition, 150 entreprises de 23 pays ont été évaluées sur la base de leurs engagements et des informations rendues publiques. Cette année, le classement fait ressortir que 60 % des plus grandes entreprises de l’agroalimentaire disposent désormais de politiques dédiées au bien-être des animaux d'élevage.

Terrena se hisse au niveau 3

Parmi les 13 entreprises françaises évaluées, sept d’entre-elles ont progressé d’un niveau sur six échelons dans le classement. Le groupe Danone reste l’entreprise française la mieux classée, et se maintient au niveau 2. La coopérative Terrena (niveau 3) a quant à elle progressé de deux niveaux, en particulier grâce à la clarification de sa politique en faveur du bien-être animal illustrée par son engagement à produire des œufs et ovoproduits hors-cage à échéance 2025, ainsi que par la publication de son rapport d’avancement sur la transition. D’autres entreprises continuent de s’améliorer, à l’image du groupe LDC ou de Cooperl Arc Atlantique, qui progressent toutes les deux à nouveau d’un niveau.

Quant aux distributeurs, Les Mousquetaires (Intermarché, Netto) améliorent aussi leur classement, du fait de la publication détaillée d’une politique de groupe sur le bien-être animal. Le groupe rejoint ainsi Casino, au niveau 3 du classement. De leur côté, Auchan, Coopérative U Enseigne et E. Leclerc progressent également.

Encore trop peu d'informations publiées

Aujourd’hui, le classement BBFAW, dont les critères se durcissent d’année en année, est considéré comme un levier pour accélérer l’action des entreprises en faveur du bien-être animal. Toutefois, de manière globale, les progrès sont encore trop lents pour les associations spécialistes du bien-être animal. D’après le BBFAW, 40 % des 150 entreprises évaluées figurent encore dans les échelons inférieurs (5 et 6) du classement. « Les entreprises fournissent peu ou pas d'informations sur la manière dont elles gèrent les risques et les opportunités liés au bien-être des animaux d'élevage », indique le BBFAW.

« CIWF est fier d'avoir travaillé en profondeur sur les politiques, les pratiques et les performances en
matière de bien-être animal de 13 des 30 entreprises qui ont amélioré leur classement cette année, et de trois de celles qui ont maintenu leur position au sein de la BBFAW. Il reste encore beaucoup à faire, mais il semble y avoir à la fois un appétit et une volonté de changement dans l’agroalimentaire, le secteur financier et, surtout, chez les consommateurs qui en sont le principal moteur », affirme l’association CIWF (Compassion in World Farming).

 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois