Qualité

Bien-être animal : le Consortium du Jambon de Parme se défend

3 avril 2018 - Marjolaine Cérou

Le Consortium en charge de la protection et de la valorisation de l’appellation du Jambon de Parme dénonce les méthodes « calomnieuses et diffamatoires » de certaines ONG. Crédit : Fotolia.

Au nom de la défense du "bien-être animal", une nouvelle filière est montrée du doigt. Dans le viseur, cette fois, se trouve le jambon de Parme. Plusieurs ONG dont Welfarm ont dénoncé les conditions d’élevage des porcs de cette filière via la diffusion de vidéos. Cette opération n’a pas manqué de faire réagir le Consortium du Jambon de Parme en charge de la protection, du contrôle qualité et du respect de bonnes pratiques pour cette appellation. Il dénonce une « campagne calomnieuse et diffamatoire ». « Ces associations diffusent méthodiquement des images choquantes à intervalles réguliers invitant les consommateurs à cesser l’achat des produits du Consortium. Le vrai but de cette campagne ne semble pas tant de protéger les animaux que d’attaquer la réputation du Jambon de Parme », se défend le Consortium.

Le Consortium rappelle que les 145 producteurs associés n’ont jamais été mis en cause ou condamnés pour de mauvais traitements sur les animaux. Il demande à présent à ce que les auteurs des vidéos « révèlent les noms des élevages filmés dans leur enquête et établissent un rapport afin de permettre aux autorités compétentes d’effectuer les vérifications nécessaires ». L’été dernier, Hénaff avait été la cible d'attaques similaires. Deux élevages avaient été pointés du doigt pour mauvais traitements. Le président du directoire, Loïc Hénaff avait alors riposté dans le quotidien Ouest-France dénonçant les méthodes de l’association L214 et notamment le montage des images. « La superposition de ces images, très choquantes pour tous, laisse à penser qu’il s’agit du quotidien dans les élevages et que la souffrance est volontaire. Or, ce sont des incidents, des accidents d’élevage. C’est une manipulation », avait-il alors affirmé.

Vers un renforcement des mesures gouvernementales

La question du bien-être animal est inscrite dans la feuille de route du Gouvernement. Le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Stéphane Travert a annoncé courant mars 2018 sa volonté de renforcer la stratégie adoptée en 2016. Les mesures visent à repenser les dispositifs de formation et à développer de nouveaux outils de diagnostic du bien-être animal. L’organisation des contrôles devrait être revue, ainsi que les suites pénales et administratives aux inspections. Un autre axe de travail concerne la création de méthodes d’élevage alternatives, plus favorables au bien-être animal.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois