Qualité

Etiquetage nutritionnel : le Royaume-Uni valide les feux tricolores

26 juillet 2013 - Marjolaine Cérou

Le système de feux tricolores devrait être étiqueté sur 60% des produits britanniques d'ici début 2014.

Implanté au Royaume-Uni depuis 2006, le système de représentation graphique des feux tricolores a été validé par le gouvernement au mois de juin dernier. Ce code couleur standardisé va rappeler en face avant du produit la valeur énergétique, le pourcentage de matières grasses, d’acides gras saturés, de sel et de sucre par portion. Le rouge est destiné aux produits alimentaires à éviter car plus riches en matières grasses et en sucre, l’orange pour ceux à consommer avec modération et enfin le vert pour les « plus sains ». Une démarche qui reste volontaire, mais qui suscite beaucoup d’intérêt de la part des industriels britanniques puisque ce système devrait s’appliquer à 60% des aliments sur le territoire. Parmi les signataires, les grandes enseignes de distribution britanniques Marks and Spencer, Morrisons, Tesco, ou encore Sainsbury’s ainsi que les grands groupes, Mars, Nestlé ou Pepsico Uk s’engagent à afficher cette représentation. D’autres refusent quant à eux de l’adopter, comme Coca-Cola, Cadburry, United Biscuits, Unilever et Heinz. A travers cette représentation graphique d’application volontaire, le gouvernement britannique se donne pour objectif d’aider les consommateurs à mieux se repérer parmi l’offre de produits.

Les feux tricolores présents sur 60% des aliments

Cette décision fait suite à l’entrée en vigueur du règlement Inco – Information du consommateur (n°1169/2011). Ce règlement va imposer l’affichage d’un tableau nutritionnel sur chaque emballage dès 2014, pour les entreprises affichant déjà des informations nutritionnelles sur leurs produits, et dès 2016 pour les autres. L’article 35 du règlement précise les conditions à respecter pour ces formes d’expression et de présentation. Celles-ci doivent entre autre être étayées par des études scientifiques et favoriser la compréhension de l’étiquette par le consommateur. Pour valider une telle représentation graphique à l’ échelle nationale , chaque Etat membre a la possibilité de recommander aux professionnels du secteur d’utiliser une de ces formes d’expression. Il doit ensuite communiquer à la Commission européenne leurs modalités et s’engager ensuite à en assurer le suivi. Un rapport au niveau européen sur l’utilisation de ces représentations devrait être rendu publique à horizon 2017. En France, il existe un sytème coloriel de ce type chez l’enseigne de distribution Intermarché, affiché depuis 2006 sur l’ensemble de ces produits MDD. Il s’agit du Nutripass.

L’Ania fermement opposée à ces représentations graphiques

Jusqu’à présent, en France, la position de l’Ania (Association nationale des industries agroalimentaires) reste opposée à l’idée d’utiliser ce type de représentation graphique. « Face à ces propositions, nous restons plutôt réticents. Ces systèmes d’étiquetage prescriptif tout comme les logos de type coche verte remettent en cause la notion d’équilibre nutritionnel global en segmentant l’offre entre « bons » et « mauvais » produits. Nous préférons privilégier les notions de fréquence et de portions pour guider le consommateur. », a rappelé Cécile Rauzy, directrice qualité-nutrition de l’Ania à l’occasion du colloque Aliminfo en avril dernier. Elle souligne par ailleurs que l'Ania encourage l'application de ce règlement.

Quel avenir pour l’export ?

La mise en place d’un tel étiquetage au Royaume-Uni suscite des interrogations, notamment de la part des pays voisins, compte tenu des défauts d’harmonisation émanant de ce règlement. Quid en effet des industriels français, italiens ou allemands exportant au Royaume-Uni et devant adapter leurs étiquetages face à cette nouvelle exigence ? De plus, le système des feux tricolores étant propre à ce pays, un décalage entre cette représentation et les autres étiquettes pourrait nuire aux ventes et entraîner une confusion chez les consommateurs. Rappelons que le règlement Inco avait été au départ appliqué pour avoir la même base d’étiquetage et comparer ainsi aisément les produits entre eux, mais ce texte est aussi le fruit d’un compromis à 27 Etats membres. Et la question de la représentation graphique n’avais justement pas été complètement harmonisée. On en tire les conséquences.

Process Alimentaire - Ateliers de l'Emballage

LES ATELIERS DE L'EMBALLAGE

Événement organisé par Process Alimentaire
Date: mardi 12 octobre 2021
Lieu : Roazhon Park de Rennes.
Le thème de cette 3e édition :
l'innovation au service du juste emballage

Inscription en ligne