Qualité

L'affichage environnemental en phase d'expérimentation

6 décembre 2010 - Fanja Razafinjoelina

Martin Bortzmeyer, chef du bureau agriculture, industrie, infrastructures énergétiques du MEDTL : "Au-delà du changement dans le comportement du consommateur, on cherche plutôt à obtenir des changements de la part des entreprises vers de moindres impacts environnementaux". Crédit : Process alimentaire

« La question de la responsabilité n’est pas encore réglée, reconnaît Antonin Vergez, chargé de mission au Ministère de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement (MEDTL). On ne sait pas encore qui devra afficher : l’industriel ou le distributeur. » L’heure est à la définition d’outils méthodologiques publics pour calculer les impacts environnementaux et au choix du support de communication. Etiquette ou information sur l’emballage ? Utilisation d’une tête de gondole ou d’une borne Internet ? « On pourrait même envisager d’avoir un « ambassadeur de l’environnement » sur le point de vente », illustre-t-il.

Pas de bouleversement dans le comportement d’achat

Ce questionnement sur la forme n’est pas sans rappeler qu’un changement comportemental est attendu avec la mise en place de l’affichage environnemental en 2012. Son objectif est de sensibiliser les consommateurs. Cécile Rauzy, chef de projet qualité – nutrition à l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) fait le parallèle avec l’étiquetage nutritionnel : « On ne s’attend pas à un bouleversement dans le comportement des consommateurs, modère-t-elle. L’étiquetage nutritionnel, par exemple, n’est un critère de choix que pour une minorité. Le goût constitue un facteur prépondérant dans l’achat. »

L’attendu se situe donc côté fabricants. « Le prix pèse et pèsera toujours dans la balance décisionnelle, rappelle Martin Bortzmeyer, chef du bureau agriculture, industrie, infrastructures énergétiques du MEDTL. On cherche plutôt à obtenir des changements de la part des entreprises vers de moindres impacts environnementaux. Il faut provoquer des comportements de filières. »

Le choix multi-critères français

Contrairement aux autres pays européens qui n’utilisent que le bilan carbone, la France a opté pour une analyse multi-critère à partir de trois enjeux environnementaux :
- Emission de gaz à effet de serre
- Indicateurs sur la pollution des eaux : eutrophisation (impact des engrais et fertilisants) et écotoxicité aquatique (impact des pesticides)
- Erosion de la biodiversité.

Calendrier
- Août 2009 : Grenelle 1, loi de programmation
- Juillet 2010 : Grenelle 2, engagements nationaux traduits en décrets et arrêtés
- Fin octobre 2010 : cahier des charges puis AMI (mise en ligne)
- 1er juillet 2011 : expérimentation sur la base du volontariat pendant un an

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois