Qualité

Le casse-tête de l’affichage environnemental

22 juin 2010 - Josselin Moreau

L'exemple anglais d'affichage de l'empreinte carbone mis en place par le Carbon Trust. Flickr

L’affichage des caractéristiques environnementales des produits est l’une des mesures du Grenelle pour faire
prendre conscience aux consommateurs de l’impact de leurs achats sur l’environnement. Mais sa mise en place prend du retard au niveau français. Début avril, les députés de l’Assemblée nationale ont décidé de décaler de six mois sa mise en place, au 1er juillet 2011, suivie d’une phase d’expérimentation d’un an. "Contrairement à d’autres pays qui ont déjà mis en place des étiquetages sur un seul indicateur, la France a décidé de travailler sur une empreinte environnementale multicritère, explique Olivier Messager du cabinet O2M Conseil, membre du groupe de travail Ademe- Afnor en charge des produits agroalimentaires. Ce groupe rassemble professionnels, instituts de recherche, ONG et associations de consommateurs. Cette décision importante devrait par exemple permettre de pondérer l’impact carbone de l’élevage par son rôle positif sur la biodiversité."

Information multicritère

En agroalimentaire, outre l’information sur l’émission de gaz à effet de serre qui deviendra obligatoire, le choix des autres critères d’impact (biodiversité, eau, eutrophisation, etc.) et de l’unité fonctionnelle, la consolidation des bases de données et les formats d’information font débat au sein de la plate-forme Ademe-Afnor. Ces discussions doivent être tranchées d’ici la fin de l’année.

En Europe, d'autres initiatives sont déjà en cours, essentiellement sur le critère carbone. C'est par exemple le cas de l'étiquetage mis en place par le Carbon Trust au Royaume-Uni. Cette association travaille depuis 2007 avec plus de 65 industriels et distributeurs et 4000 produits distribués dans les linéaires anglais. Pour mesurer et réduire l’empreinte carbone, l’association a aussi collaboré avec le ministère de l’Environnement et de l’Agriculture (Defra) à la publication en octobre 2008 du PAS 2050. Ce référentiel offre une méthode de standardisation du calcul des émissions de gaz à effet de serre. Chaque industriel (British Sugar, Tate & Lyle, Kingsmill, PepsiCo, etc.) ou distributeur (Tesco) peut illustrer les efforts faits en apposant le logo « Carbone Trust Reduction Label ».

  • Dans notre numéro de juin 2010, retrouvez les autres initiatives d'étiquetage carbone déjà en cours, un point sur l'étude Ania/FCD sur l'impact environnemental des produits agroalimentaires, et sur l'avancée des discussions au niveau français.
Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois