Qualité

Le pilote d'Actalia qualifie l'efficacité microbiologique des procédés de nettoyage et de désinfection

29 février 2016 - Marjolaine Cérou

La nouvelle plateforme de Saint-Lô (50) intègre une nouvelle halle technologique confinée permettant d'étudier la destruction des microorganismes pathogènes lors des procédures de nettoyage et de désinfection à l'échelle pilote.

Actalia s'est doté d'un nouveau centre de R&D sur son site de Saint-Lô en Normandie. Fort d'un investissement de 7,5 millions d'euros, ce nouveau centre de R&D de plus de 2200 m² intègre une plateforme confinée de niveau 3 (P3) pour permettre la qualification de procédés au niveau microbiologique. Un outil jusque là inédit en Europe.


« Lorsque l'on veut faire de la qualification de procédé, on ne peut pas manipuler librement des micoorganismes de classe 2 ou 3. Seuls les laboratoires de type P2 ou P3 le permettent. Ce classement impose néanmoins des exigences de conception du bâtiment permettant d’assurer le confinement nécessaire. Par exemple, un atelier de type 2 donne la possibilité de manipuler Salmonella et Listeria monocytogenes. Un atelier de type 3 inclut l'analyse des E. coli STEC. Jusqu'à ce jour, il n'existait aucune plateforme technologique P3 en France dans le domaine agroalimentaire», indique Bernard Picoche, directeur Actalia sécurité des aliments. L'intérêt d'une telle plateforme confinée est de pouvoir tester l'efficacité des technologies de fabrication conventionnelles ou innovantes sur la destruction des pathogènes.

Cette plateforme d'une surface de 230m² comprend une salle de stockage, deux laboratoires P3 ainsi que trois salles technologiques dans lesquelles sont installés les pilotes. L'une des salles est entièrement dédiée à la mesure de l'efficacité des opérations de nettoyage et de désinfection (en surfaces ouvertes, en circuit fermé via une installation NEP et par voie aérienne en DSVA). Elle donne aussi la possibilité de réaliser des essais de performance. « Nous allons vers des procédures de plus en plus raisonnées, des temps de rinçage minimisés, ce qui pose la question de l'efficacité », observe Bernard Picoche. Il sera ainsi possible d'ensemencer des microorganismes, d'appliquer les procédures et de regarder leur efficacité.

La nouvelle plateforme sera opérationnelle au printemps 2016. A noter que le nouveau centre intégre également 500m² de laboratoires de biologie moléculaire, microbiologie, virologie et parasitologie, des espaces immersifs et modulables, ainsi que 420 m² de halle conventionnelle dotée d'une cuisine professionnelle et d'ateliers de transformation multi-filières destinés à la mise au point de produits depuis la phase pilote jusqu'à la fabrication.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois