Sécurité

Les IAA bretonnes deux fois plus concernées par les TMS

8 décembre 2008 - Josselin Moreau

Les secteurs de l'abattage et de la découpe de viande sont les plus concernés par les accidents du travail en agroalimentaire.

En 2007, 1314 cas de maladies professionnelles étaient déclarés en Bretagne en tant que troubles musculo-squelettiques (TMS) dans le secteur alimentaire. C’est ce que révèle la dernière enquête réalisée par la Caisse Régionale d’Assurance Maladie de Bretagne. Ceci représente 39,2% des déclarations de maladies professionnelles dans cette catégorie alors que le secteur compte seulement 16,8% des effectifs totaux au niveau régional. En moyenne, les IAA sont donc deux fois plus concernées par ce problème même si ce pourcentage tend à diminuer progressivement depuis 2004. En valeur absolue, le nombre de TMS déclarées reste quant à lui stable sur le secteur alors qu’il a progressé d’environ 9% tous secteurs confondus.

Accidents du travail

L’indice de fréquence du nombre d’accident avec arrêt de travail était en 2007 de 60,3 pour mille salariés sur la région Bretagne. C’est 23 points au dessus de la moyenne régionale (47,9 pour mille). « Quatre secteurs sont particulièrement touchés par les risques d’accidents : l’abattage avec un indice de fréquence de 157 pour mille, la découpe de viandes (95 pour mille), les préparations à base de viande (96 pour mille) et les centrales d’achat alimentaire (128 pour mille) », indique Thierry Balannec, ingénieur-conseil à la CRAM Bretagne. Parmi les causes d’accident les plus fréquentes : les coupures, les chutes de pleins pieds et les glissades dans les espaces de production aux ambiances humides.

Interim

Le comptage des maladies professionnelles intervenues dans le cadre du travail intérimaire n’est quant à lui pas encore intégré dans chaque secteur industriel mais regroupé avec celui des services. Difficile donc de savoir sur le plan quantitatif si cette catégorie est plus atteinte ou non par des problèmes de TMS que le reste des salariés dans l’agroalimentaire. « Un travail de dialogue a été engagé en 2007 avec les entreprises de travail temporaire pour mieux appréhender le problème des intérimaires intervenant dans les différents secteurs industriels », précise Thierry Balannec.

Actions de formation

La CRAM Bretagne propose différentes actions pour prévenir les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Dans les entreprises agroalimentaires, la priorité est une fois de plus donnée à la prévention des TMS et aux formations relais pour permettre aux opérateurs des ateliers de production de transmettre les bonnes pratiques, par exemple dans les ateliers d’abattage pour éviter les coupures. La CRAM intervient aussi plus ponctuellement sur la conception d’équipements pour des travaux postés, comme par exemple les sièges multiposition ou les flux d’air froid localisés dans les ateliers réfrigérés.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois