Suite à la publication de l'étude de l'Inra, l'Ania et le GIE La Boîte Boisson ont rappelé que le bisphénol S n'était pas utilisé en tant que substitut au bisphénol A dans les contenants alimentaires. Crédit photo : Adobe Stock.

Qualité

Pas de bisphénol S dans les emballages alimentaires

25 juillet 2019 - Marjolaine Cérou

Une étude de l’Inra a montré que le bisphénol S est plus difficile à éliminer que le bisphénol A. Plusieurs types d’emballages alimentaires ont été pris à parti dans les médias. Pourtant, cette alternative n’est pas utilisée dans leur fabrication.

Tout est parti d’une étude publiée le 17 juillet dans la revue Environmental Health Perspectives dont les résultats ont montré que le bisphénol S, en tant qu’alternative au bisphénol A, conduit à augmenter l’exposition à une « substance hormonalement active ». Menée par les chercheurs de l’unité Inra Toxalim de Toulouse en collaboration avec les universités de Montréal et de Londres, les expérimentations menées sur des porcelets mettent en exergue que la quantité de bisphénol S ingérée et retrouvée dans la circulation sanguine générale est 100 fois supérieure à celle du bisphénol A.

Des contaminations dans le sang 250 fois supérieures à celles du bisphénol A

« La biodisponibilité orale du bisphénol S qui en résulte (57 %), très supérieure à celle du bisphénol A (50 %), associée à sa plus lente élimination de la circulation sanguine (environ 3,5 fois) conduit à des concentrations de bisphénol S dans le sang 250 fois supérieures à celles du bisphénol A », concluent les chercheurs. Ils précisent également que les investigations doivent se poursuivre pour évaluer le danger.

Des polymères comme substituts du bisphénol A

Largement relayés par les médias, ces résultats ont rapidement fait un lien avec certains emballages alimentaires, à l’instar des résines époxydiques pouvant être retrouvées dans des emballages plastique ou des encres. « Contrairement à ce qui continue d’être abondamment relayé, le bisphénol A n’a pas été substitué par le bisphénol S dans les emballages alimentaires. Cette molécule n’est tout simplement pas utilisée par les fabricants dans la réalisation d’emballages alimentaires, quels qu’ils soient », soutient l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) au travers du site https://alimentation-info-intox.fr/. L’Ania précise également que, pour les emballages plastiques, les fabricants se sont tournés vers les principaux polymères déjà utilisés (PET, PE, PA et le PP). Quant aux encres, les dérivés époxy ont été remplacés par d’autres matières premières.
De son côté, le GIE La Boîte Boisson, qui représente les fabricants de canettes en France, confirme que le Bisphénol S n’est pas utilisé dans la fabrication des canettes. « À l'issue de l'interdiction du bisphénol A en France, les fabricants ont opté pour d'autres types de vernis et/ou résines, comme les résines polyesters, acryliques et vinyliques. Ces vernis et résines sont fabriqués à partir de matériaux connus, contrôlés et autorisés pour les emballages alimentaires et ne présentent pas de risques pour la santé », souligne le GIE.

Pour rappel, le bisphénol A a été interdit au 1erjanvier 2015 en France dans la composition des contenants alimentaires (biberons, bouteilles, conserves, etc.).

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois