200 millions d’euros pour soutenir l’industrie alimentaire

4 novembre 2008 - Josselin Moreau

Les 200 millions d’euros mobilisés en 2009 pour aider les entreprises agroalimentaires en difficulté permettront de soutenir à la fois les investissements et l’accès aux financements, aux exportations mais aussi à l’innovation.

Michel Barnier, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche, a annoncé lors du Conseil des Ministres du 29 octobre dernier la mise en place d’un nouveau dispositif de soutien et de développement en faveur des industries agroalimentaires. Au total, ces mesures représentent une enveloppe globale d’environ 200 millions d’euros, et une mobilisation de plus d’un milliard d’euros en garantie de financement et en investissement au titre de l’année 2009.

Six mesures d’appui

Les mesures annoncées par Michel Barnier couvrent à la fois le soutien aux investissements et l’accès aux financements, aux exportations mais aussi à l’innovation. Oseo a d’ailleurs déclaré avoir reçu le mois dernier un nombre d’appels record concernant des demandes d’aides. Ces engagements répondent en partie aux interrogations soulevées par l’Ania en début de semaine dernière concernant des « attitudes injustifiées » des banques et organismes de crédit qui refuseraient ou souhaiteraient renégocier les conditions d’accès au crédit des entreprises. « Pour maintenir la compétitivité, il est impératif de garantir le financement des PME, souligne Jean-René Buisson, président de l’Ania. Notre association, qui avait mis en place une commission compétitivité en septembre, a donc décidé d’aller plus loin dans l’accompagnement des entreprises du secteur en créant une cellule de soutien dédiée. » Cette cellule mise en place depuis le 24 octobre surveillera de près les éventuelles difficultés rencontrées par les entreprises agroalimentaires au cours de leurs négociations avec les établissements bancaires.

MDD et hard-discount gagnants

Côté consommation, de nombreux professionnels estiment que l’agroalimentaire résistera mieux à cette crise que certains autres secteurs moins « essentiels ». Mais la baisse du pouvoir d’achat a déjà commencé à modifier certains comportements des consommateurs. Une récente étude du Crédoc menée en France a d’ailleurs pointé un premier retournement des valeurs véhiculées par la nourriture d’une alimentation plaisir » vers une « alimentation fonctionnelle ». La croissance sur les produits de grande consommation a déjà commencé à baisser : -1,5% en volume depuis le 1er janvier 2008. Les grandes marques nationales souffrent particulièrement de cette baisse des ventes, au profit des marques de distributeurs et des produits distribués par le hard-discount. Sur le Sial de Paris qui a eu lieu du 19 au 23 octobre dernier, Xavier Terlet, président de XTC, déclarait d’ailleurs que 21,3% des innovations avaient à présent lieu sur les marques d’enseignes.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois