Marchés agricoles

Coop de France plaide pour une régulation économique

19 janvier 2010 - François Morel

De gauche à droite, Jean-Marie Gabillaud, président de COOP de France Ouest, et Gilbert Keromnes, vice-président d’Even et président de la section laitière de COOP de France Ouest.

La régulation des marchés agricoles ? Jean-Marie Gabillaud président de Coop de France Ouest la juge indispensable pour empêcher la désorganisation de la production. Pour ne pas observer, impuissant, les cours de matières premières qui font le yoyo ! Comme le cours des céréales, par exemple, qui passe de 100 € / tonne à 200€, puis rechute à 100€, peu de temps après. L'inquiétude est surtout pour l'avenir de l'agriculture. « La mauvaise année 2009 a au moins réussi à dégoûter les jeunes agriculteurs ! », lâche le président de Coop Ouest. L'objectif de la régulation est justement double. Elle vise, premièrement, à attirer les jeunes producteurs dans les filières pour en assurer la pérennité. Elle doit, deuxièmement, permettre de réguler la production sur la durée pour donner de la visibilité au producteur dans ses débouchés et à l'industriel coopératif dans ses approvisionnements.
Le président de Coop de France Ouest regrette que, malgré la situation, il n'y ait pas eu, pour autant, de véritable dynamique de l'agriculture, face à une crise, à la fois structurelle et conjoncturelle.

Faire évoluer les pratiques

La conclusion de J-M Gabillaud est qu’il faut faire évoluer les pratiques. Avec en point de mire l'organisation économique de l'agriculture, thème de la Loi de modernisation agricole (LMA) qui viendra en discussion au Parlement dans quelques mois. Celle-ci représente un jalon dans le calendrier de la réforme de la PAC, à l'horizon 2013. Coop de France réfléchit actuellement aux nouveaux outils de régulation qui pourraient être mis en place. Le champ de la réflexion s'étend aux contrats (adhérents - coopératives - transformateur - client), aux systèmes d'assurances et/ ou nouveaux mécanismes de mutualisation des risques, aux instruments financiers (marché à terme...) autant qu'ils confortent la gestion des risques. Le président de Coop Ouest met cependant en garde sur le fait qu'un seul outil ne peut pas à lui seul résoudre la problématique entre l'amont et l'aval. Il ajoute, d’autre part, qu'une réflexion menée hors du contexte européen serait utopique. Le risque est d'aboutir à un fiasco. L'analyse de Coop de France est qu'il faut, au contraire, une politique agricole forte qui donne une perspective et qui soit en concordance avec la politique européenne.

Des écarts de pratiques accrus en Europe

Sur la question des distorsions de concurrence, le fait nouveau est qu'après s'être focalisé sur les distorsions existant entre l'Europe et les pays tiers, on découvre qu'elles existent aussi au niveau intra européen. Alors que le marché est à la fois juridiquement « unique » et ouvert, « il apparaît que les écarts de pratiques s'accroissent au lieu de converger ». Ainsi on sait que tous les pays n'appliquent pas les quotas laitiers de la même manière, a souligné à Rennes Gilbert Keromnès président de la section laitière. Par exemple : il n'y a pas de pénalité due aux quotas en Allemagne.
« Les évolutions récentes de la PAC et celles qui se dessinent pour 2013, analyse Coop de France, vont dans le sens d'une subsidiarité croissante, laissant aux Etats- membres le soin de définir un champ de plus en plus large de modalités réglementaires ou de politiques de soutien. » Ce qui constitue un facteur aggravant les disparités actuelles. Cette question est un facteur clé de la compétitivité et de la pérennité des filières dans les territoires. Le constat, aujourd’hui, est que la production de porcs double en Allemagne, que la production laitière en France perd du terrain face à la Hollande ou encore la Pologne, des pays qui s'imposent sur le marché, avec des volumes de la qualité et des prix.
En 2010, Coop de France Ouest va effectuer le recensement des pratiques entraînant des distorsions de concurrence qui pénalisent les filières de l'Ouest et leurs outils coopératifs.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois