Le second baromètre de l’Ania montre que, malgré la continuité d’activité réalisée au prix de grands efforts d’adaptation, les industriels de l’agroalimentaire sont très impactés par la fermeture des restaurants et hôtels partout dans le monde. Crédit photo : Natalia. Adobe Stock.

Covid-19 : 73 % des entreprises alimentaires prévoient une baisse de chiffre d’affaires en avril

20 avril 2020 - Pierre Christen

Le second baromètre de l’Ania montre que, malgré la continuité d’activité réalisée au prix de grands efforts d’adaptation, les industriels de l’agroalimentaire sont très impactés par la fermeture des restaurants et hôtels et par les difficultés rencontrées à l’export.  

« Ce deuxième baromètre de l’état de santé du secteur montre l’effort national considérable des entreprises de l’alimentation qui permet à la chaîne alimentaire de tenir, tenir mais à quel prix ? », affirme Richard Girardot, président de l’Ania (Association nationale des industries alimentaires). La dernière étude réalisée auprès des entreprises du secteur agroalimentaire apporte en effet des conclusions sans équivoque. Grâce aux réponses de 686 entreprises, de tous secteurs et de toute taille (77 % de TPE-PME, 21 % d’ETI et 2 % de grands groupes), elle montre en effet l’adaptation exceptionnelle des entreprises à la situation complexe provoquée par la pandémie de Covid-19. Cet effort a permis de maintenir l’activité et de répondre à l’exigence de nourrir les Français. Mais elle ne doit pas cacher que l’état de santé des entreprises agroalimentaires s’est grandement dégradé.

Les TPE-PME très impactées

Pour avril, premier mois complet sous confinement, l’étude indique que 73 % des entreprises ayant répondu prévoient une baisse de chiffre d’affaires. En cause : la fermeture du réseau RHD et les grandes difficultés rencontrées à l’export. Cette dynamique négative vient fragiliser des rentabilités déjà mises à l’épreuve par une hausse des coûts de l’ordre de 3 à 16 %. Matières premières, maintenance, achats d’équipements de protection, sont autant de budgets à la hausse. Du fait d’une inflation quasi-nulle, les entreprises subissent ainsi un redoutable effet de ciseau : baisse des ventes et hausse des coûts.

Les TPE et les PME sont les plus impactées. 78 % d’entre elles déclarent prévoir une baisse de chiffre d’affaires en avril, contre 54 % pour les ETI-grands groupes. Cette différence s’explique par les comportements des consommateurs qui boudent les produits traditionnels (les rayons coupe sont d’ailleurs souvent fermés) tout comme les produits plaisir, régionaux et sous signe de qualité. Une situation qui conduit Richard Girardot à ne pas « envisager l’avenir autrement que dans un esprit de filière solidaire et responsable ».

Il est à noter que l’absentéisme n’apparaît plus comme une préoccupation déterminante pour les entreprises. Le taux d’absentéisme tourne tout de même autour de 13 %, principalement pour des gardes d’enfant et des arrêts maladie. Seules 6 % des entreprises ont subi des droits de retrait.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois