Le magazine Process Alimentaire poursuit son activité grâce au télétravail des journalistes à leur domicile. Le site web connaît des scores d’audience inégalés. Tandis que le numéro d’avril sera bel et bien imprimé et livré. Ici le bureau de Marjolaine Cérou, sous le regard attentif de son chat Rudolf.

Covid-19 : Comment Process Alimentaire continue de vous informer

2 avril 2020 - La rédaction

Comme tous les magazines des Editions du Boisbaudry, Process Alimentaire poursuit son activité. Journalistes, maquettiste, commerciaux et fonctions supports ont basculé en télétravail. En accès libre sur le web, le fil rouge Covid-19 suscite des audiences inégalées. Tandis que le numéro d’avril a été finalisé avec 24h d’avance afin d’être livré en temps et en heure dans les usines. Une mobilisation totale au service d’une modeste mais essentielle mission : continuer d’informer les professionnels de l’agroalimentaire.

Dès la première allocution présidentielle, le jeudi 12 mars, les Editions du Boisbaudry ont pris la mesure de l’épidémie de Covid-19. « Nous prenons toutes les dispositions pour nous assurer au mieux de conditions de travail les plus protectrices possibles pour vos santés et pour assurer la continuité de notre activité », a écrit le soir-même Hugues du Boisbaudry, dans un mail adressé aux 70 salariés. La seconde allocution, le lundi 16 mars à 20h, a fait basculer l’entreprise, comme tout le pays, dans l’ère du confinement généralisé. « En application des directives du chef de l’État, j’ai pris la décision de fermer les bureaux de l'entreprise à compter de ce jour midi et jusqu'à nouvel ordre. Soyons solidaires face à cette crise, la valeur UNITÉ prend tout son sens dans de telles circonstances », a déclaré le dirigeant.

En moins de 24h, les locaux des Editions du Boisbaudry, situés à Cesson-Sévigné en périphérie rennaise, se sont vidés. Dès le mardi matin 17 mars, premier jour du confinement, les moyens ont été mis à disposition pour le télétravail, en particulier la possibilité se connecter à distance simultanément au réseau de l'entreprise.

 

Le couloir « désertique » de Process Alimentaire au soir du 16 mars 2020. Au tableau d’affichage, les différentes propositions de couverture qui ont depuis été améliorées et arbitrées en mode télétravail.

Le couloir « désertique » de Process Alimentaire au soir du 16 mars 2020. Au tableau d’affichage, les différentes propositions de couverture qui ont depuis été améliorées et arbitrées en mode télétravail.

Équipés de leurs ordinateurs portables, les journalistes de Process Alimentaire ont immédiatement adopté un confinement strict. Et via leurs téléphones portables et leur webmail, ils ont poursuivi leur travail de collecte de l’information.  A défaut de reportage, l’équipe multiplie les interviews téléphoniques. Quant à la maquettiste, elle a également installé son ordinateur à son domicile afin de continuer à mettre en page la revue.

 

Les réunions sont désormais réalisées via une application de visio-conférence. Ici un point de suivi, avec Anne Jestin, directrice développement et innovation du pôle commercial, Pierre Christen, rédacteur en chef, Benoît Moreau, directeur développement et innovation du pôle éditorial, Jean Dubreuil, directeur marketing, Corinne Pasquer, directrice commerciale et Hugues du Boisbaudry, directeur général.

Les réunions sont désormais réalisées via une application de visio-conférence. Ici un point de suivi avec (de gauche à droite et de haut en bas) Anne Jestin, directrice développement et innovation du pôle commercial ; Pierre Christen, rédacteur en chef ; Benoît Moreau, directeur développement et innovation du pôle éditorial ; Jean Dubreuil, directeur marketing ; Corinne Pasquer, directrice commerciale et Hugues du Boisbaudry, directeur général.

Pour beaucoup, il a fallu résoudre une équation familiale incluant l’option école à la maison. Chez Karine Ermenier, c’est un véritable open-space qui s’est mis en place, la rédactrice en chef adjointe prenant place autour d’une grande table avec ses deux filles visiblement assidues à leurs devoirs. "Alors même que nous travaillons tous en bureaux individuels aux Editions du Boisbaudry, j'expérimente pour la première fois le fonctionnement en open-space, très largement répandu dans notre profession. Rien de mieux pour tester sa capacité à se concentrer dans le bruit !" L'expérience fonctionne. Mais touche vite ses limites à l'heure des rendez-vous téléphoniques, des visios et de l'écriture d'articles de fond. "Pour tous ces moments, j'ai la chance de disposer d'un bureau pour m'isoler », témoigne-t-elle.

Bureaux-equipe-Covid

  • Chez Stéphanie Perraut, la continuité d’activité s’est faite sans encombres, à quelques détails ludiques près.

    Chez Stéphanie Perraut, la continuité d’activité s’est faite sans encombres, à quelques détails ludiques près.

  • Chez Karine Ermenier, rédactrice en chef adjointe, le salon a été transformé en open-space.

    Chez Karine Ermenier, rédactrice en chef adjointe, le salon a été transformé en open-space.

  • Le bureau (parfaitement rangé) d’Amélie Dereuder, chef de rubrique Ingrédients, à son domicile.

    Le bureau (parfaitement rangé) d’Amélie Dereuder, chef de rubrique Ingrédients, à son domicile.

En accès libre sur le web, les journalistes ont immédiatement déroulé un fil rouge spécial Covid, qui suscite des audiences inégalées pour www.processalimentaire.com. Depuis le 16 mars, plus d’une soixantaine d’articles sont venus alimenter le thème Covid-19, faisant de processalimentaire.com le site Internet de référence pour l’agroalimentaire. Ce flux d’actualités est venu nourrir le début de revue papier d’avril 2020. Ce numéro a été bouclé avec 24h d’avance par l’équipe rédactionnelle afin de se glisser dans les créneaux d’impression et de routage, qui ont dû être réduits. « Tous nos magazines seront imprimés et livrés. C’est un véritable tour de force » souligne Benoît Moreau, directeur du développement éditorial et de l’innovation. Le fruit de la mobilisation des équipes. Jamais il n’a été question de baisser les bras, alors que les professionnels de l’agroalimentaire sont pleinement engagés.

Un partenariat privilégié avec l’imprimeur

Mais aussi le fruit du partenariat privilégié noué entre les Editions du Boisbaudry, sous la houlette de Thierry Anceaux, son directeur de production, et l’imprimeur Agir Graphic à Laval, dont l’organisation du travail a dû être modifiée.  La Poste également a resserré ses créneaux, avec seulement deux jours de dépôt : le mercredi et le jeudi. Une situation qui devrait prévaloir encore durant le mois d’avril. Et qui est d’ores et déjà prise en compte par Process Alimentaire afin d’assurer la réalisation de son numéro de mai dans les meilleures conditions.

Au sommaire de mai 2020, un début de revue spécial Covid-19, et les dossiers tels que prévus au planning rédactionnel. « L’épidémie de Covid-19 aura révélé combien est stratégique notre écosystème alimentaire, dans toute sa diversité. Notre modeste contribution est de continuer à vous informer », affirme Pierre Christen, le rédacteur en chef du magazine. Seront donc traités les sujets suivants : Automatisation & robotisation, Biscuits, Ingrédients du goût, Circuits liquides, Optimisation des lignes de conditionnement, et Nettoyage & Désinfection, un dossier qui devrait prendre une résonance toute particulière à l’heure du Covid-19.

 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois