Depuis fin mars, Soréal conditionne du gel hydroalcoolique en flacons top-down pour les hôpitaux, sur sa ligne initialement dédiée aux sauces pour la restauration. Crédit photo Soréal.

Vie des IAA

Covid-19 : Soréal se lance dans la commercialisation de gel hydroalcoolique

6 avril 2020 - Amelie Dereuder

Face à la perte de 70 % de son activité, le spécialiste des sauces Soréal a su rebondir. La société bretonne s’est lancée dans le conditionnement et la commercialisation de gel hydroalcoolique à destination des hôpitaux et des armées.

Depuis le samedi 14 mars minuit, les bars et restaurants sont fermés pour limiter la propagation du Covid-19. Une décision qui a eu de fortes répercussions sur Soréal, spécialiste de la production de sauces. Du jour au lendemain, l'entreprise bretonne a perdu 70 % de son activité et cinq de ses lignes ont été totalement arrêtées. Pour que l’usine de Brie (35) puisse continuer de fonctionner, son p-dg Gilles Bocabeille a imaginé une alternative : se lancer dans le conditionnement et la commercialisation de gel hydroalcoolique pour approvisionner les hôpitaux.

« J’ai appelé UniHA, la principale coopérative d’acheteurs hospitaliers publics français et je les ai convaincus que nous pouvions les fournir. Ils étaient en rupture de gel hydroalcoolique car leurs fournisseurs n’étaient pas capables de suivre la demande », explique le chef d’entreprise. Il a ensuite contacté l’entreprise de produits chimiques Socomore, située à Vannes (56), qui s’est organisée pour produire le gel que Soréal conditionne depuis le 27 mars sur l'une de ses lignes initialement dédiées à la restauration. Cette ligne fonctionne en 3x8 afin d’embouteiller 40 à 50 000 litres de gel hydroalcoolique par semaine en flacons top-down de 280 mL. Les premiers camions remplis de la production de solution hydro-alcoolique ont quitté l’usine bretonne à destination des CHU de la région Grand Est.

Du gel pour les hôpitaux, les armées, les industries…

« Cela a été un exploit collectif de tout mettre en place en dix jours, y compris la supply-chain pour livrer UniHA », souligne le p-dg de la société bretonne. « Il y a eu très peu d’hésitation de leur part car nous leur avons proposé des tarifs raisonnables, pas comme certains fournisseurs qui avaient mis en avant des prix abusifs ! Nous avons adopté des prix bas afin qu’il n’y ait pas de blocage dans la chaîne de décision des hôpitaux. Nous ne sommes pas là pour faire du résultat, mais pour satisfaire les besoins des soignants, donc le prix couvre juste les frais », témoigne Gilles Bocabeille. Dans la foulée, il a aussi contacté Alliance Healthcare, qui distribue le gel hydroalcoolique aux armées. Après avoir conquis ces deux marchés, Soréal vise d’autres débouchés, comme les industries alimentaires, les entreprises de santé, du bâtiment, de la logistique, les ambulanciers… qui ont aussi besoin de solutions hydroalcoolique. La société a aussi sollicité ses clients restaurateurs en prévision d’une réouverture progressive dans les semaines et mois à venir.

Toutes ces démarches permettent de maintenir une partie de l’activité, mais ne remplacent pas les marchés perdus : Soréal doit quand même faire face à un plan de réduction d’emploi. Conditionner et commercialiser de gros volumes de gel hydroalcoolique est aussi une façon d'agir plutôt que de subir totalement la pandémie de Covid-19. « On doit trouver l’énergie de s’en sortir, montrer qu’on existe, qu’on est attentif et qu’on s’adapte à toutes les situations », ajoute le p-dg. Le but est de participer à limiter la propagation du coronavirus et surtout de revenir à une situation normale le plus vite possible afin de reprendre la totalité des activités. Et de refaire fonctionner les lignes à plein régime pour l’été.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois