Découvrez en exclusivité le chantier Synutra à Carhaix

  • Dernière ligne droite pour Synutra à Carhaix

    • Les systèmes de séchage ont été assemblés dans le barnum blanc à droite de la photo. A gauche, la zone de dépotage puis la tour de séchage.

    • La zone de dépotage comporte cinq pistes. 50 à 60 camions y passeront chaque jour. Le sol, caniveaux compris, est revêtu de résine Ucrete 200 SR (BASF, Masters Builders Solutions) d'une épaisseur de 9 mm.

    • Une passerelle relie le bâtiment Energies à l'usine. Elle assure le passage des opérateurs et des fluides (dans le plénum).

    • La tuyauterie dans le bâtiment de préparation du lait. Le mur de droite est, à l'image du reste de l'usine, peint en blanc avec un rendu lisse sans bulle.

    • Dans le bâtiment de conditionnement, Synutra a opté pour de la résine autolissante Ucrete MF (BASF, Masters Builders Solutions) pour le sol et les banquettes.

    • La particularité de l'usine Synutra de Carhaix réside dans sa structure en béton. La façade est ensuite isolée et recouverte d'un bardage gris et rouge.

    • A l'arrière du bâtiment, le local surpresseur. Tout à droite, la passerelle qui relie les bureaux au bâtiment Energies.

    • Les quais d'expédition.

    • La zone des transstockeurs, conçus par Egemin, est en phase d'essais. Il s'agit d'un magasin automatique d’une capacité de 9 000 palettes avec au total cinq transstockeurs. Des boucles de convoyeurs desservent les zones de réception et d’expédition. Six AGV assurent la distribution des matières premières et des consommables dans l’usine. La solution WMS/WCS gère l’ensemble de l’entrepôt de stockage et le pilotage des équipements de manutention.

    • Les produits de nettoyage sont stockés dans des cuves noires. Le bâtiment au niveau de l'escalier hélicoïdal renferme les process de préparation du lait (écrémage, pasteurisation). En arrière plan, la tour de séchage.

    • Le site dispose d'un bassin de rétention.

    • La végétalisation du site a démarré. Les enrobés définitifs devraient être coulés courant novembre.

Le transstockeur, conçu par Egemin, est en phase d'essais. Il s'agit d'un magasin automatique d’une capacité de 9 000 palettes avec au total cinq transstockeurs. Des boucles de convoyeurs desservent les zones de réception et d’expédition. Six AGV qui assurent la distribution des matières premières et des consommables dans l’usine. La solution WMS/WCS gére l’ensemble de l’entrepôt de stockage et le pilotage des équipements de manutention.

 

Depuis la cérémonie du premier coup de pelle, une gigantesque fourmilière travaille à la réalisation de ce qui devrait être début 2016 la plus grande usine de poudre de lait d'Europe. Sur un site de 14 hectares, l'industriel chinois Synutra a investi, en partenariat avec le groupe coopératif Sodiaal, 90 M€ dans un outil de production entièrement destiné à l'export. Deux tours de séchage et une unité de conditionnement de poudres laitières sont prévues pour livrer au marché chinois 100 000 tonnes de poudre de lait par an (avec une capacité de production de 120 000 t/an), en bigs-bags et en boîtes métalliques.

La sécurité alimentaire avant tout

Le projet repose sur deux exigences principales. Dans un premier temps : l'hygiène et la sécurité alimentaire. « Le choix de Synutra est un étalon en la matière avec une conception béton, des surfaces ré-enduites avec deux à trois couches de peintures résines pour le zéro bullage ainsi qu’une gestion des flux précise selon un zonage différenciant les zones sèches et humides », souligne Sébastien Conan, directeur commercial de Thébault Ingénierie, le cabinet en charge du projet.

La seconde exigence majeure est inédite en France : le respect des spécificités chinoises. A savoir orientation par rapport aux points cardinaux, symétries, codes couleur, alignement par rapport au soleil et à la lune. Les deux tours Synutra de Carhaix-Plouguer seront inaugurées le 08 janvier 2016 à 10h58, dans le respect des règles Feng Shui.

Une centaine d'entreprises pour le bâtiment

Mais avant cette mise en production officielle, le chantier fourmille. « C’est un très beau projet, le seul à fonctionner en 3x8 avec 400 ouvriers mobilisés pour maintenir un taux de productivité élevé », détaille Sébastien Conan. La grande hauteur des bâtiments est une difficulté majeure. Les tours de séchage disposent par exemple de six planchers béton, percés de trous pour le passage ultérieur des équipements de process. La coactivité verticale est très importante. Le chantier compte une trentaine de marchés hors process pour une centaine d'entreprises (mandataires, co et sous-traitants). « Il faut intégrer le process au bâtiment sur 50 mètres de hauteur, avec des cuves traversantes sur les planchers, des passage de fluides dans les parois etc. Ce qui nécessite une maîtrise complète de la structure du fait des fortes descentes de charge », explique Sébastien Conan. Par ailleurs, les précautions nécessaires aux applicateurs de résine dans les tours de séchage étaient plus proches de celles appliquées à un couvreur (ligne de vie etc.), comme l'indique Michel Boedec, dirigeant de la société Delefortrie, mandataire du lot Revêtement de sol – Résine.

Le process en cours d'intégration

A la mi-novembre, la zone de dépotage, le bâtiment de préparation du lait et les tours sont achevés. Ce dernier bâtiment est hors d'eau depuis une quinzaine de jours. La partie conditionnement est en cours de finition. Le transstockeur, de 30 m de haut, est en phase d'essais. Les équipements de production, fournis par SPX, sont en cours d'intégration. « Cinq évaporateurs sont entrés dans le bâtiment début juillet », précise Johann Duroc de Thébault Ingénierie, en charge du chantier des zones de dépotage jusqu'au séchage. Le bâtiment énergie est opérationnel. Il regroupe une puissance électrique installée de 12700 kW, une puissance froid de 5500 kW et une production de vapeur de 24 tonnes par heure (chaudière gaz). A proximité, le laboratoire et les locaux sociaux sont reliés au site par une passerelle qui se poursuit par une galerie de visite de 700 mètres traversant l'usine.

Ce site industriel de grande envergure prévoit d’employer à terme plus de 200 personnes, dont une quarantaine de salariés de l'usine Entremont de Carhaix. Les recrutements sont en cours. Parmi les postes encore à pourvoir, des contrôleurs qualité et des techniciens de laboratoire. La formation des recrues a d'ores et déjà commencé.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois