Crise du lait

Des aides financières du gouvernement pour passer le cap

8 septembre 2009 - Propos recueillis par François Morel

Bruno Le Maire, Ministre de l'alimentation, en septembre 2009 à Rennes. Crédit : Lionel Le Saux

Le nouveau Ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche, Bruno Le Maire, tient ses engagements. Après avoir travaillé tout l'été sur la résolution du problème d'Entremont : donner une perspective industrielle aux 6000 éleveurs et 4000 salariés, il est revenu en Bretagne, le 4 septembre, avec des engagements tenus et de nouvelles mesures. « Il est démontré que la dérégulation totale ne marche pas », a affirmé le ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche, dans la conclusion de la réunion de travail organisé avec les élus bretons et les responsables de la filière laitière. Cette rencontre n’ a eu qu’un leitmotiv : sauver les revenus des éleveurs laitiers. « Nous prendrons le temps qu'il faut, a précisé le ministre, afin que les producteurs de lait dans ce pays puissent toucher des revenus décents et stables… » Avec comme objectif, la construction d’ici la fin de l’année d’un nouveau système capable d'assurer cette stabilité.

Cette réunion de travail a été l'occasion pour le ministre d'annoncer* une série de premières mesures pour aider les producteurs à passer ce cap difficile, comme le déblocage immédiat des 30 M€ du plan d'aides de l'Etat annoncé en juillet dernier. Destiné à soutenir les producteurs en difficulté, en particulier les jeunes agriculteurs dont les exploitations sont les plus fragiles; et les exploitants ayant investi récemment et qui sont confrontés à des prix du lait de plus en plus faibles.
La deuxième mesure est le versement anticipé des aides européennes, au 16 octobre (72% de ces aides) pour répondre aux problèmes de trésorerie. Le ministre a précisé avoir réuni les principales banques du secteur agricole pour leur demander de veiller à la situation de leurs clients et de les aider à passer cette période difficile.
Sinon, le gouvernement envisage de remonter le plafond des aides pouvant être accordées par l'Etat. L'objectif est de doubler leur montant: passer de la limite de 7500 € sur 3 ans pour une exploitation, à 15000 €. En sachant que cette mesure reste suspendue à l'accord de la Commission. Ce dossier a été défendu par Bruno Le Maire, ce lundi 7 septembre, lors de la réunion du Conseil de l'Agriculture à Bruxelles.

En dehors des aides financières immédiates, le ministre a insisté à Rennes sur la nécessité d'étudier une nouvelle régulation du marché laitier au niveau européen. Il estime qu'il est possible de mieux faire à plusieurs niveaux: -sur le stockage, - l'étiquetage des produits, - la contractualisation entres les acteurs de la filière, - le contrôle de l'offre... Son ambition est de redonner de la stabilité à la filière lait, sans passer par la case quotas, un système qui, aujourd’hui, selon lui montre ses limites. Il a évoqué également comme orientation une mise en avant sur les marchés de l'origine des produits. Le ministre s'est donné jusqu'à la fin de l'année pour construire ce système-là. Reste à savoir si ces mesures dont certaines sont au conditionnel seront suffisantes pour apaiser les campagnes et empêcher la grève du lait annoncée.

Le bilan du Conseil de l’Agriculture à Bruxelles le 7 septembre 2009

- Malgré le soutien de l’Allemagne, la France n’a pas réussi à remettre en cause l’augmentation progressive des quotas laitiers (mesure décidée en novembre).
- Le Ministre de l’alimentation, de l’agriculture et de la pêche, Bruno Le Maire, a mis en avant la contractualisation entre les producteurs et les industriels comme point clef de la future régulation européenne.
- La France est parvenue à regrouper autour d’elle 14 pays pour demander le renforcement des mesures de gestion de crise, déjà activées depuis plusieurs mois : telles que l’intervention ou le stockage privé.

(source : Ouest-France, 8 septembre 2009)

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois