Export : les 7 points du plan pour l'agroalimentaire

30 octobre 2012 - Anne-Katell Mousset

 

L’un des points clefs de la stratégie d’export sera donc de valoriser à l’international la signalétique « France bon appétit » (créée en 2008).

Avec une balance commerciale excédentaire de 12 milliards d’euros en 2011 et une hausse des ventes de 14% en une année, l’export de la production de l’agroalimentaire semble bien se porter. Et pourtant. Ces chiffres cachent en réalité de fortes disparités selon les filières. Ainsi, hors vins et spiritueux, le solde commercial des industries agroalimentaires est négatif, et ce depuis 2005. Ce sont en effet près de 80% des PME agroalimentaires françaises qui ne sont pas engagées dans l’export. Pour l’Ania, « compte tenu de l’image et de la demande des produits alimentaires français à l’étranger, se priver d’un tel relais de croissance, dans un contexte économique difficile, est tout simplement absurde ». Un constat partagé par le gouvernement puisque les ministres Nicole Bricq (commerce extérieur) et Guillaume Garot (agroalimentaire) ont annoncé à l’occasion de leur visite au Sial la semaine dernière un plan en 7 points pour soutenir l’internationalisation du secteur. Voici la synthèse des aides qui vont se mettre en place pour aider les industriels de l'agroalimentaire –et notamment les PME- à exporter.

  • La Banque Publique d’investissement (BPI) et ses guichets uniques régionaux vont accompagner les entreprises. Des « développeurs à l’international » auront pour rôle de conseiller les entreprises dans leur démarche et l’élaboration de leurs stratégies. Des financements et garanties seront également proposés. Public particulièrement visé : les PME et ETI qui n’ont pas de cellule export organisée et hésitent à se lancer en raison des risques financiers.
  • Simplifier les procédures douanières et administratives, grâce à la mise en œuvre du guichet unique des formalités administratives, piloté par la Douane. Dès janvier 2013, une expérimentation sera lancée pour la dématérialisation des échanges avec FranceAgriMer et devrait être généralisée dans le courant de l’année. Cette dématérialisation sera étendue avec la création d’une plateforme export, actuellement en cours de développement entre la DGAL et FranceAgriMer, afin de gérer les procédures d’agrément et de certification.
  • Former les industriels aux contraintes des autres pays. Dès le premier trimestre 2013, des formations seront proposées sur les spécificités des audits et des agréments sanitaires de la zone Asie, vue comme prioritaire.
  • Pour asseoir une stratégie de conquête et de diversification des exportations, les zones prioritaires et les marchés à potentiel seront identifiés, comme l’Asie. Voir à ce sujet le dernier rapport d’Ubifrance : Où exporter en 2013 ? (pdf ici)
  • Valoriser le savoir-faire français à l’international passe aussi par la création d’une marque forte. L’un des points clefs de la stratégie d’export sera de valoriser à l’international la signalétique « France bon appétit » (créée en 2008).
  • Pour faciliter les échanges, l’un des points retenus est de mobiliser les services de l’Etat pour obtenir la levée des barrières techniques qui entravent l’accès de nos produits alimentaires à certains marchés.
  • Pour jouer dans la compétition internationale, il faut le faire à armes égales. Le gouvernement indique vouloir veiller à ce que la protection des indications géographiques et la lutte contre la contrefaçon soient prises en compte dans les négociations des futurs accords de libre échange engagés par l’Union Européenne.

Dans un communiqué, l'Ania déclare que ces actions sont très attendues par les entreprises. "Elles permettront un meilleur accompagnement de leurs démarches et un soutien indispensable dans l’élaboration de leur stratégie". L'association salue l’orientation privilégiée vers la zone Asie. "Ce choix est très cohérent avec les actions engagées en 2012 par l’Ania qui avait également identifié cette zone comme prioritaire compte tenu du potentiel de ce marché et d’une présence française relativement faible".

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois