Vie des IAA

Hausse des prix : le S.O.S des filières avicoles

15 avril 2022 - Marion DESPOUYS

Les interprofessions agroalimentaires ont lancé véritable appel au secours lancé au gouvernement français. En résumé : aidez-nous sans quoi nous risquons de toucher le fond, entraînant à notre suite l’ensemble de nos filières. Elles plaident pour la mise en place de mesures d'urgence.

Dans leur communiqué, les filières avicoles se déclarent « en détresse », et résument bien la situation. Elles sont victimes d’une « crise d’une ampleur sans précédent en raison du rebond inédit de l’influenza aviaire dans les Pays de la Loire, combiné à la flambée des coûts de l’alimentation des animaux, conséquences de la guerre en Ukraine ».

Les interprofessions de la volaille de chair (Anvol), des œufs (CNPO) et du foie gras (Cifog) demandent au gouvernement deux mesures d’urgence :

D’abord, l’adaptation des dispositifs d’indemnisation des éleveurs et des entreprises aux réalités des filières avicoles, notamment en indemnisant à 100 % les pertes économiques des élevages au-delà de la fin des restrictions sanitaires ;

Ensuite, le renforcement du financement de l’activité partielle pour maintenir les emplois dans les entreprises. Les interprofessions dénoncent en effet un dispositif de droit commun « totalement inadapté à cette situation ». Et estiment que « le taux de prise en charge de l’État, trop faible, ne permettra pas de maintenir l’emploi dans les entreprises concernées ».

Près de 10 000 emplois sont aujourd’hui concernés par l’influenza aviaire qui fait rage depuis plusieurs semaines dans le Sud-Ouest (pour la 4ème fois en six ans,) dans les Pays de la Loire depuis le 25 février, dans le Lot et la Dordogne depuis fin mars et de manière plus sporadique en Bretagne. Déjà 10 millions de volailles ont été abattues préventivement.

Pénuries et météo imprévisible

Cette crise, provoquée à la fois par le rebond de la grippe aviaire et la hausse du coût des matières premières touche spécifiquement les professionnels des ovoproduits. Représentés par le CNPO, ils demandent des revalorisations tarifaires urgentes et significatives de la plupart des acheteurs publics de la restauration collective en gestion directe.

« Le régime de la commande publique des achats alimentaires ne permet de répercuter ni la flambée du prix des matières premières agricoles ni la hausse des autres coûts de production », déclare le CNPO. Autre demande : l’augmentation du budget alloué par l’Etat et les collectivités à l’achat des denrées alimentaires et des prestations de restauration collective.

L’interprofession de l’œuf rappelle que son secteur a été fragilisé par une hausse continue de l’indice des coûts des aliments des poules pondeuses de plus de 40 % sur les 18 derniers mois, et prévoit une hausse additionnelle d’au moins 40 % en trois mois. Avec, en toile de fonds, la menace d’une pénurie de tournesol, de colza, de soja et d’engrais azotés.

Les fruits et légumes également impactés

Cette hausse des coûts de production accentuée par la guerre en Ukraine menace également les professionnels des fruits et légumes frais prêts à l’emploi, représentés par le SVFPE (Syndicat des fabricants produits végétaux frais prêts à l'emploi). A ces difficultés, s’ajoutent pour eux celle de l’accélération des phénomènes météos imprévisibles qui mettent « en péril la pérennité des activités maraîchères ».

Le SVFPE rappelle que son secteur a enregistré une baisse de 10 % du nombre de producteurs maraîchers entre 2019 et 2020, et que les surfaces cultivées à destination de la filière ont réduit de 4,5 %.

Les fabricants de produits végétaux frais et prêts à l’emploi ont choisi de s’adresser directement aux secteurs de la distribution et de la restauration.

Trois demandes sont formulées : l’activation des clauses d’indexation quelques soient les échéances ; la réouverture des négociations, même si les critères de clauses de révision automatique et de renégociation ne sont pas réunis, et une hausse de coûts sur les marques de distributeurs et les produits destinés à la restauration commerciale et collective.

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois