Marché

La Bio veut répondre à la demande d’un marché en pleine croissance

13 octobre 2008 - Josselin Moreau

En France en 2007, 10 millions de repas bio ont été servis en restauration collective contre 6 millions en 2006 ! Avec 10 points de croissance chaque année depuis 1999 contre 3 points pour l’ensemble du secteur alimentaire, le marché du bio a généré 1,9 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2007. Pour soutenir ce secteur en pleine expansion, le ministre de l’Agriculture Michel Barnier a annoncé une nouvelle dotation de 12 M€ en soutien à l’agriculture biologique à l’occasion des 2èmes assises de la bio organisées le 8 octobre dernier à Paris. Cette rallonge viendra compléter les 15 M€ déjà programmés sur 5 ans pour mettre en place une série de mesures agroenvironnementales d’ici 2012, comme l’élimination du plafond national de 7600 euros par an et par exploitation convertie en bio, plafond qui peut à présent être assoupli par les Préfets de région. Enfin, le crédit d’impôt applicable aux exploitations biologiques est doublé de 2 000 euros à 4 000 euros et reconduit jusqu’en 2010.

Seulement 2 % de la SAU

Ces nouvelles mesures visent à permettre à l’agriculture française de remplir les objectifs ambitieux fixés par l’État d’ici 2012 : triplement des surfaces agricoles en agriculture biologique et introduction à hauteur de 20 % d’aliments bio dans la restauration collective de l’État. Première puissance agricole européenne, la France reste en effet pour le moment à la cinquième place du classement des 27. L’hexagone ne totalise que 8 % des terres agricoles européennes cultivées en bio, derrière l’Italie, l’Espagne, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Si seulement 2 % de la surface agricole utilisée (SAU) en France est donc « bio », les autres voyants économiques du secteur étaient au vert en 2007 : 11 978 agriculteurs bio (+3 % en un an), 22 000 hectares de vignes bio (+20 %), 7433 ha en légumes frais (+32 %). L’an dernier, 4 Français sur 10 ont consommé au moins un produit biologique par mois, 23 % chaque semaine et 6 % tous les jours. « En 2008, les premières informations vont dans le même sens. Elles montrent que la situation tend à se débloquer dans le secteur laitier mais que les engagements pris dans le secteur des grandes cultures sont très insuffisants, » précise l’Agence Bio.

Réorganisation

En restauration collective en particulier, le défi des 20 % d’approvisionnement en produits bio dès 2012 pour les établissements gérés par l’État demande une réorganisation et une densification de toute la filière d’approvisionnement, de gestion des établissements de restauration, de la chaine d’achat et de mise en œuvre des produits biologiques. La question du prix « consommateur » sera aussi un enjeu important de toute la filière. Sinon, le risque est grand de voir apparaître sur le marché de plus en plus de produits biologiques d’importation. « Pour accompagner cette démarche d’amélioration globale de l’alimentation, l’Observatoire national de l’Agence Bio donnera un éclairage sur les différentes voies d’adaptation des produits issus de la filière biologique pour accéder à la restauration collective », précisait Élisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, interrogée par Processalimentaire.com en juin dernier.

Nouvelle réglementation au 1er janvier 2009

Au niveau européen, le règlement CE 834/2007 du 28 juin 2007 concernant la production et l’étiquetage des produits biologiques entrera quant à lui en vigueur au 1er janvier 2009. Pour obtenir le logo AB, les denrées alimentaires biologiques devront toujours contenir 95% et plus d'ingrédients d'origine agricole biologique (hors eau et sel), la part restante devant être non disponible en bio. Les cahiers des charges nationaux seront abrogés sauf – dans le cas de la France – pour les lapins et les escargots et à titre temporaire les espèces aquacoles et leurs dérivés ainsi que les aliments pour animaux de compagnie.

Quant au logo initialement prévu dans le texte européen, le Parlement européen a jugé le graphisme proposé « trop proche d'autres symboles de productions de qualité comme les AOP, les IGP ou d'autres marques nationales » Sa mise en place a donc été reportée au 1er juillet 2010 en attendant un nouveau logo.

20% de croissance mondiale

Au plan international, le commerce bio enregistre une croissance annuelle de 15 à 20 %. Plus de 100 pays dans le monde exportent aujourd’hui des produits certifiés bio. Près de 400 organismes certificateurs publics ou privés opèrent sur ce marché. La FAO a récemment indiqué que de nouveaux outils ont été mis en place pour valider les normes relatives à la production et au traitement des produits bio dans certaines régions de pays en voie de développement. Objectif : permettre aux pays les plus pauvres d’exporter leurs productions biologiques.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois