Selon une étude de la Commission européenne, 31 % des produits d’une même marque possèdent un emballage identique ou similaire alors que les compositions sont différentes selon les pays. Crédit photo Adobe JackF

Vie des IAA

La Commission européenne fait la chasse au double niveau de qualité des aliments

1 juillet 2019 - Amelie Dereuder

Une nouvelle étude de la Commission prouve que près d’un tiers des produits d’une même marque possèdent un emballage identique ou similaire alors que les compositions diffèrent selon les pays.

Le 24 juin, la Commission européenne a publié une étude sur les différences de composition des aliments d’une même marque selon les pays. Les résultats montrent que 23 % des échantillons sont identiques en termes de formule et d’emballage et 27 % ont une face avant différente pour une recette différente.

Par contre, 9 % des compositions sont différentes alors que les packagings sont exactement les mêmes. De plus, dans 22 % des cas, les compositions sont différentes pour une face avant similaire. Au final, près d’un tiers des aliments sont concernés par cette double qualité, qui est considérée comme une pratique commerciale trompeuse par un nouvel acte législatif.

La Commission constate cependant qu'il n’y a pas de disparités marquées entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est. Et que la différence de composition observée ne se traduit pas nécessairement par une qualité moindre. En pratique, les teneurs en viande ou en poisson peuvent varier, de même que la quantité de matières grasses ou le choix de l’'édulcorant.

Vĕra Jourová, commissaire chargée de la justice, des consommateurs et de l'égalité des genres, estime « qu’il n'y aura pas deux poids, deux mesures sur le marché unique européen. Grâce aux nouveaux actes législatifs sanctionnant le double niveau de qualité et renforçant les pouvoirs des autorités de protection des consommateurs, nous disposons des outils nécessaires pour mettre fin à cette pratique. Les consommateurs européens pourront faire leurs achats en étant totalement sûrs qu'ils achètent ce qu'ils voient.»

La Commission a lancé un nouvel appel à propositions doté d'un budget total de 1,26 million d'euros pour aider les organisations de consommateurs à tester les produits et à repérer les pratiques potentiellement trompeuses.

Pour cette étude, 1380 échantillons de 128 produits (113 marques nationales et 15 marques de distributeurs) ont été analysés dans 19 pays. Les États membres qui ont participé à l'enquête sont les suivants: l'Allemagne, la Bulgarie, Chypre, la Croatie, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, les Pays-Bas, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie et la Tchéquie. Les produits ont été sélectionnés sur la base des plaintes déposées par les consommateurs. Mécaniquement, l’étude a produit un effet grossissant sur les disparités. Les produits sélectionnés ne sont pas représentatifs de la diversité du marché.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois