La raison d'être de Squalim

15 mars 2005 - François Morel

Squalim, du lundi 6 au mercredi 8 juin 2005 à Nantes. Prévu initialement en septembre 2003, Squalim, premier salon professionnel transversal réservé aux produits d’appellation (signes officiels de qualité et d'origine), a encore davantage sa raison d’être en 2005. Car ces produits devraient faire l'objet d'une actualité importante cette année pour les raisons suivantes:
- nous sommes en pleine période d’attribution des AOP (Appellation d'origine protégée) et IGP Indication géographique protégée) dans l'ensemble des pays d’Europe. Il faut savoir que sur les 1300 dossiers déposés depuis dix ans (1994) seuls 600 ont été inscrits (mai 2004 ) par le comité de réglementation de Bruxelles.
- au vu des décisions qui pourraient être prise prochainement tant au niveau européen qu'au niveau mondial où les pays dits du groupe de Cairns sont opposés à tout principe de protection.
L'année 2005 est considérée comme une époque charnière.

Au niveau français

L’environnement des produits d’appellation pourrait vivre d’autres changements importants du fait de la loi de modernisation agricole ; on parle beaucoup de la "déconnexion" du Label Rouge et de la CCP (certification de conformité) de l’IGP. La mise en place de la traçabilité dans l’industrie agroalimentaire (règlement CE n°178/2002) pourrait favoriser, elle aussi, la suppression de la CCP des signes officiels de qualité. Il est question aussi d'un projet de guichet unique avec la création d’un Institut National de la Qualité et de l’Origine.

Ces remises en cause font suite à deux avis successifs du CNA (Conseil National de l’Alimentation). Sa démarche part d'un souci de clarification de simplification pour le consommateur. Autre souci : la facilité d’accès pour les professionnels aux certifications européennes.

Au niveau mondial
Le grand dossier est la défense du principe de l’origine » comme critère différenciant. Pour cette démarche, le mouvement "Origin" (organisation internationale pour un réseau des indications géographiques) dont le siège est à Genève, joue un rôle "très utile". Sa mission est de défendre les AOC lors des négociations de l’OMC. Une de ses tâches est d’aider tous les Etats-tiers qui aujourd’hui sont en train de mettre en place des indications géographiques et qui se trouvent isolés. Un des moyens développés par Origin est la création de partenariats entre les producteurs européens et des délégations des Pays-tiers. Sachant que les appellations géographiques sont en train de se développer partout dans le monde.
Au niveau européen
Autre action : la mise en place de l'AREPO (Association des Régions européennes et des produits d'origine) créée aux Assises de l'Origine -une manifestation qui complète Squalim - à Bordeaux en juin 2004, dont le but est de défendre les produits d’appellation dans le cadre de la PAC et de faire la promotion des Indications géographiques sur le plan européen.
Au niveau européen, il y a des attentes importantes en termes de lisibilité : volonté de bien différencier les deux logos IGP et AOP,au niveau de l’Union européenne. Des évolutions sont donc à attendre au niveau de Bruxelles en ce qui concerne les produits de qualité et d'origine. Encore faut-il qu'il y ait une volonté politique qui commence par une prise de conscience de l'importance des enjeux. Or la Commission a d’autres priorités en ce moment.

Au niveau mondial

Le grand dossier est la défense du principe de l’origine comme critère différenciant. Pour cette démarche, le mouvement "Origin" (organisation internationale pour un réseau des indications géographiques) dont le siège est à Genève, joue un rôle "très utile". Sa mission est de défendre les AOC lors des négociations de l’OMC. Une de ses tâches est d’aider tous les Etats-tiers qui aujourd’hui sont en train de mettre en place des indications géographiques et qui se trouvent isolés. Un des moyens développés par Origin est la création de partenariats entre les producteurs européens et des délégations des Pays-tiers. Sachant que les appellations géographiques sont en train de se développer partout dans le monde.
Au niveau européen
Autre action : la mise en place de l'AREPO (Association des Régions européennes et des produits d'origine) créée aux Assises de l'Origine -une manifestation qui complète Squalim - à Bordeaux en juin 2004, dont le but est de défendre les produits d’appellation dans le cadre de la PAC et de faire la promotion des Indications géographiques sur le plan européen.
Au niveau européen, il y a des attentes importantes en termes de lisibilité : volonté de bien différencier les deux logos IGP et AOP,au niveau de l’Union européenne. Des évolutions sont donc à attendre au niveau de Bruxelles en ce qui concerne les produits de qualité et d'origine. Encore faut-il qu'il y ait une volonté politique qui commence par une prise de conscience de l'importance des enjeux. Or la Commission a d’autres priorités en ce moment.

Qui expose à Squalim ?
Le salon se dirige vers la participation, pour sa première édition, d’une centaine d’exposants. Avec une répartition : 25 % d’Europe et 75 % de France. Au niveau de la représentation des régions, on trouve par ordre d’importance : les pays de la Loire (21%), un 2e groupe constitué de l'Aquitaine, l'Auvergne et la Bretagne et enfin un 3e groupe composé de la Normandie, le Poitou, la Provence et le Centre qui se disent prêts à participer.

Les tables rondes de Squalim
>> 5 tables rondes sont organisées pendant le salon : 3 destinées à mettre en relation les différents opérateurs des signes de qualité et 2 dédiées principalement aux GMS.

>> Horaires : le matin de 8h30 à 10 h et en fin d’après-midi, de 17h30 à 19 h, pour ne pas perturber la visite des stands.

>> thèmes des tables rondes :
1 ère table ronde. Les SIQO (signes d’identification de qualité et d’origine) et les GMS. Rôle des GMS dans la mise en valeur des signes officiels.

2e table ronde. L’avenir du rayon coupe : arrivée du pré emballé, promotion et communication, l’exemple des professionnels belges,…

3e table ronde. Les débouchés de la RHF (restauration collective et commerciale): Formation dans les lycées hôteliers, problème des coûts,…

4e table ronde. Un enjeu réel pour l’Europe: modifications à attendre de la PAC, négociations à l’OMC,…participation des organismes qui défendent les produits européens.

5e table ronde. La loi de modernisation agricole qui va être présentée prochainement au Parlement : Qu’est-ce que cela va changer ? Et quand ?

>> Animateur des tables rondes : Dominique Chaillouet

Contacts
Annie-Claude Thiolat, Chef de projet. Tél.: 33 (0)2 5188 21 10. E-mail: ac.thiolat@congres-nantes.fr.
Cyril Devorsime, commercialisation. Tél.: 33(0)2 40 52 49 87. E-mail: c.devorsine@exponantes.com

Ateliers de l'Emballage

LES ATELIERS DE L'EMBALLAGE

Une journée sur le thème :  la fin programmée des plastiques à usage unique - Enjeux, perspectives, solutions

2 modes de participation au choix : 

Journée en présentiel le 1er décembre à Rennes
Version distancielle : le replay vidéo de la journée + toutes les présentations au format PDF