Le Maroc voit l’agroalimentaire en grand

28 septembre 2010 - Caroline Faquet

L’industrie: un levier du développement marocain. Le 13 février 2009 a été signé un pacte national pour l’Émergence industrielle (dans sept secteurs). Crédit : DR

Le Cfia Maroc ouvrira ses portes dès demain matin et jusqu’au 2 octobre prochain à Casablanca pour la deuxième édition de son histoire. Organisée par GL Events et la Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc, la manifestation rassemblera sur plus de 4000 m², plus de 150 exposants de différents secteurs d’activités : les ingrédients et PAI, les équipements et procédés et enfin l’emballage et le conditionnement. « La première édition du Cfia Maroc a eu lieu en 2005. En 2007 et 2009, un salon similaire a été organisé par les institutions locales sous l’étiquette Inter-Agro. Nous relançons cette année le Cfia car nous avons observé une forte demande de la part des exposants et des visiteurs lors de notre édition française », commente Sébastien Gillet, directeur du salon.

Le Maroc reste un marché d’avenir pour les industriels français, qu’il s’agisse des fournisseurs de matériels ou des producteurs car la France reste un partenaire privilégié du pays. Plus de 1 000 entreprises françaises y sont déjà implantées. 30 % des exportations marocaines sont à destination de l’Hexagone et 20 % des produits importés au Maroc sont tricolores. Enfin, entre 2001 et 2006, les flux des IDE français (investissements directs à l’étranger) se sont élevés en moyenne à 1,16 milliard d’euros. Mais si le Cfia a décidé de reprendre l’édition marocaine, ce n’est pas uniquement en raison d’une forte demande. En effet, l’agroalimentaire marocain est en pleine mutation et les experts prévoient que le pays se métamorphose complètement dans les dix ans qui viennent.

Neuf pôles industriels et 6000 emplois supplémentaires

De nombreuses initiatives publiques ou privées devraient en effet doper le marché. Le gouvernement a lancé en 2005 un vaste plan, baptisé « Plan Émergence », qui vise à développer neuf pôles industriels à l’horizon 2015 avec un budget de 45 M€. L’agroalimentaire fait partie des priorités aux côtés de l’automobile, de l’électronique, de l’aéronautique et du textile. Il verra la création d’une dizaine de filières à fort potentiel comme l’huile, les céréales ou les agrumes. Déjà trois agropôles ont vu le jour. Le pôle de Meknès s’étend sur 150 ha dédiés aux céréales, à l’huile, aux fruits et légumes, au lait et à la viande. Celui de la région de l’Oriental à Madagh (100 ha) est consacré au commerce et à la distribution des fruits et légumes, au commerce de la viande, à la transformation des produits agricoles et à la logistique). Enfin, le pôle Beni Hellal est en cours de réalisation et concernera les secteurs de l’huile, des cultures maraîchères, de l’élevage, des agrumes et de la betterave sucrière. A terme, le Plan Émergence devrait permettre de créer plus de 6 000 emplois dans les IAA locales.

  • Retrouvez notre article complet sur "Le Plan Emergence du Maroc" dans notre numéro de septembre.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois