L'industrie agroalimentaire a besoin un fort besoin de recrutement dans les métiers de la maintenance.

Les mesures du gouvernement pour relancer l’apprentissage

15 juin 2020 - Stéphanie PERRAUT

Grâce à un nouveau dispositif d'aides et un délai supplémentaire pour signer les contrats, le gouvernement veut faciliter l'emploi d'apprentis. Un plan, présenté le 12 juin, et accueilli positivement par les organisations du secteur agroalimentaire.

En 2019, la France comptait 491 000 apprentis, soit une hausse de 16 % par rapport à 2018. Pour encourager les entreprises à continuer à recruter des salariés en contrat d’apprentissage, le gouvernement annoncé le 12 juin une série de mesures destinées à relancer ce mode de formation.

Une aide au recrutement

Le recrutement d'un apprenti bénéficie d'une aide exceptionnelle, ceci jusqu’au niveau de la licence professionnelle. Ce financement atteint 5 000 euros pour un apprenti de moins de 18 ans et 8 000 euros pour un majeur. Valable pour les contrats signés à compter du 1er juillet 2020 et jusqu’au 28 février 2021, il sera versé aux entreprises de moins de 250 salariés sans condition et aux entreprises de 250 salariés et plus à la condition qu’elles s’engagent à atteindre en 2021 le seuil (déjà fixé par la loi) de 5 % de salariés en contrats favorisant l’insertion professionnelle et l’alternance. Avec cette mesure, le coût du recrutement d’un salarié en apprentissage représente pour l’entreprise un faible reste à charge pour la première année de contrat.

Un délai supplémentaire pour signer un contrat

Une autre mesure clé concerne les jeunes entrant en formation entre le 1er août et le 31 décembre 2020. Elle prolonge à six mois (au lieu de trois mois jusqu'à présent) le délai qui leur est accordé pour trouver une entreprise avec laquelle signer un contrat d’apprentissage. Pendant ce temps, l’apprenti peut rester, sans contrat, au centre de formation des apprentis (CFA). Ce dernier est financé pour assurer cet accueil.

Un accès encouragé et du financement de matériel

Deux autres mesures viennent compléter le dispositif. D’une part, les CFA auront la possibilité de financer l’achat de matériels numériques dans le cadre de l’aide au premier équipement. D’autre part, chaque jeune qui a fait un vœu sur Parcoursup ou Affelnet pour aller en apprentissage, se verra offrir au moins une proposition d’apprentissage.

Déjà 10 000 apprentis dans l’agroalimentaire

S’il n’est pas le seul concerné, le secteur agroalimentaire à tout à gagner de ce soutien à l’emploi des jeunes. A ce jour, il a déjà permis à 10 000 apprentis de poursuivre leur formation tout en étant acteur de la continuité alimentaire pendant la crise sanitaire. Dans un communiqué commun, l’Ania et la Coopération Agricole se sont d’ailleurs félicitées de la mise en place des nouvelles mesures. « Les annonces du gouvernement devraient permettre de sécuriser le recrutement des apprentis et de générer de nouvelles embauches essentielles à la reprise d’activité dans le secteur », affirment les deux organisations. Selon elles, la mesure de prolongation du délai de signature d’un contrat « semble être de nature à favoriser l’entrée des jeunes en alternance pour la prochaine rentrée scolaire ».

Un groupe de travail pour la filière agro

Avec plus de 15 000 postes à pourvoir chaque année, l’industrie agroalimentaire est le premier employeur industriel du pays.  « Pour proposer aux consommateurs des produits toujours plus sains, sûrs et durables, les entreprises de l’alimentation auront besoin des meilleures compétences et du savoir-faire des jeunes générations. L’apprentissage est une voie d’excellence dans laquelle nos entreprises sont déjà engagées. Nous devons poursuivre cette dynamique pour la développer partout sur les territoires », affirme Dominique Chargé, président de La Coopération Agricole. Pour cela, il a été acté la mise en place d’un groupe de travail au sein du bureau social du Contrat stratégique de filière alimentaire (CSFA). Ce groupe de travail réunira l’ensemble des partenaires sociaux. Il sera mené en concertation avec Ocapiat, l’opérateur de compétences du secteur, et en partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’apprentissage au sein de la filière.

 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois