Publicité & promotion

Messages sanitaires obligatoires : bientôt deux mois !

25 avril 2007 - Pierre Christen

L’article L. 2133-1 du Code de la Santé publique impose que les messages publicitaires en faveur de boissons avec ajouts de sucres, de sel ou d'édulcorants de synthèse ou de produits alimentaires manufacturés (c’est à dire les produits de l’industrie agroalimentaire) contiennent une information à caractère sanitaire. Le décret et l’arrêté d’application de cette mesure majeure de la loi relative à la politique de santé publique du 9 août 2004 ont été publiés au JORF le 28/02/07 et sont applicables depuis le 1er mars.
Les messages sont présentés sous forme de bandeaux sur les supports écrits, immédiatement après le spot publicitaire à la radio, sous forme de bandeau ou sur un écran suivant immédiatement la publicité.
Les messages prévus sont : « Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour », « Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière », « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé », « Pour votre santé, évitez de grignoter entre les repas ». Pour les bébés : « Apprenez à votre enfant à ne pas grignoter entre les repas » et « Bouger, jouer est indispensable au développement d votre enfant ». Pour les préparations de suite « En plus du lait, l’eau est la seule boisson indispensable ». Le tutoiement peut être utilisé pour les enfants.

la recommandation de l'Ania

L’annonceur peut renoncer à la diffusion du message sanitaire, en contrepartie du versement de 1,5% du coût de la publicité. Cette « contribution » est affectée à l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) pour conduire des actions d’éducation nutritionnelle.
Afin de ne pas cautionner l’idée de taxation et de démontrer que l’industrie privilégie des mesures d’information et d’éducation, l’Ania (Association nationale de l’industrie agroalimentaire) recommande aux entreprises d’apposer les messages sanitaires plutôt que de payer la taxe.
Le décret d’application prévoit la consultation annuelle par l’Inpes des organisations représentatives des annonceurs et des promoteurs sur les orientations à donner aux actions financées par le produit de la contribution.

une efficacité très contestée

Le décret insiste sur la lisibilité et l’audibilité des messages. Que ce soit un bandeau maintenu ou a posteriori à la télé, un texte explicatif sur les prospectus, un message horizontal pour les pubs presse et une annonce radio, l’efficacité des messages est très discutée. Les nutritionnistes se disent très partagés quant à leur efficacité, mettant en avant le risque d’y voir un label nutrition. "L'obésité est un problème de société, disent-ils. Il faut prendre des mesures d'éducation à la base, aussi bien dans les écoles que vis-à-vis des parents qui sont souvent désorientés devant tous les produits alimentaires qui leur sont proposés".
Xavier Bertrand, Ministre de la Santé, a décidé de faire un premier bilan de l’application de cette mesure au bout de six mois et de modifier régulièrement les collections de messages afin de maintenir leur efficacité pédagogique. Il rappelle qu’avec le deuxième Programme national nutrition santé, les moyens financiers de l’Inpes pour l’éducation nutritionnelle ont été accrus et portés à 10M€ dès 2007, lui permettant notamment de conduire une grande campagne médiatique chaque année.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois