Nestlé France restructure son siège social

Nestlé France a annoncé vendredi 26 janvier au comité d'entreprise la suppression de 350 emplois à son siège de Noisiel en Seine-et-Marne, d'ici la fin 2008. Cette réduction de postes se fera sous la forme de mesures de départ anticipé de fin de carrière, de préretraites et de mesures de mobilité interne.

Selon la direction des emplois permanents et non permanents dans les fonctions support seront supprimés sur les 1 800 collaborateurs du siège ; Selon le syndicat CGT, les suppressions de poste concerneront les permanents (au nombre de 950).

Pour renforcer la compétitivité

Nestlé France a justifié ces mesures par les adaptations permanentes nécessaires au renforcement de la compétitivité. "Le groupe accélère le développement de ses marques et doit mobiliser les ressources nécessaires pour mieux servir ses clients et donc optimiser l'efficacité des fonctions support (RH, informatique, finance, comptabilité) au service des unités opérationnelles", a-t-il été expliqué.

D'autes sites menacés

Mi-novembre, la CGT de Nestlé France, associée à d'autres syndicats sur certains sites, avait mené une "journée nationale d'action" dans l'ensemble des usines pour protester contre les projets de restructurations. Selon la CGT, les sites de Dijon (500 emplois), Quimperlé (Finistère, 200 salariés), et Challerange (Ardennes, 80 emplois) seraient aussi menacés.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois