Doosier Mai 2005

Pôles de compétitivité : 15 candidats agroalimentaires

26 mai 2005 - François Morel

Le nombre des candidats aux Pôles de compétitivité, lancés par la DATAR, dépassent largement les prévisions du Gouvernement. 105 dossiers ont été déposés, là où on ne s’attendait qu’à une vingtaine. La sélection apparaît déjà très arbitraire, dans la mesure où il y a une très grande diversité de projets, surtout difficilement comparables entre eux : quel rapport entre la filière halieutique et aquacole de Boulogne-sur-Mer et l’aéronautique à Toulouse? Mais au moins l’opération a le mérite de recenser les forces vives des différentes régions de France. Comme c’est le cas de l’agriculture- agroalimentaire, un secteur qui implique 15 régions reflétant , logiquement, une relative dispersion.

La nutrition-santé en tête

Au palmarès des thèmes de développement, on voit que la nutrition santé arrive en tête : projet « Nutrivalley » à Royan (17), Fruits et légumes à Avignon (84), West (« Well eating Sustainable territory) qui traduit le « bien manger durable » à Nantes, Vitagora (goût,-nutrition-santé) à Dijon, Q@limed à Montpellier (34), « l’aliment de demain » à Quimper,(29), Nutrition-santé-longévité » à Loos/Lille (59). Le second peloton est constitué par les produits carnés avec les projets Viandes et produits carnés à Clermont Ferrand (63) et filière produit aquatiques et filière halieutique de Boulogne-sur-Mer (62), l'un et l'autre engageant toute la filière au plan national.

La rédaction de Process Alimentaire a analysé les démarches de quatre d’entre eux : Avignon, Dijon, Nantes, Boulogne-sur-Mer, pris comme exemples sans critères de choix particuliers, sinon qu’ils nous semblent appartenir aux pôles de nouvelle génération, c’est-à-dire des pôles ayant une "vraie" dynamique et se mobilisant sur une véritable vocation territoriale : le poisson et les produits de la pêche à Boulogne-sur-Mer, la qualité de l’ alimentation à Dijon, les fruits et légumes à Avignon, le savoir-faire industriel de la Vendée démontré par les grands du traiteur ( Fleury Michon, Sodebo,…).

Les industries alimentaires bien placées

Le président de l’ANIA a même fait le déplacement à Avignon à l’invitation de la FRIAA (Fédération Régionale des Industries alimentaires ) pour soutenir la candidature de la région PACA. Jean-René Buisson a souligné à cette occasion que « l’industrie alimentaire française est particulièrement bien placée pour relever avec succès le défi lancé par le Gouvernement. Tant par leur capacité d’innovation que par le niveau de leur recherche ou encore la diversité des formations auxquelles elles font appel, les industries alimentaires se situent au tout premier rang en matière de compétitivité sur le territoire français mais aussi en Europe au niveau international. »

Les atouts de ces pôles ? Avignon si on prend cet exemple, et comme le note l’Ania, « valorise les spécificités d’un terroir riche et diversifié, utilise la puissance d’une filière de production et de transformation, développe des compétences fortes en R&D et dispose d’ores et déjà d’un réseau de formation adapté. On y retrouve les conditions à respecter pour prétendre à une labellisation « Pôle de compétitivité ».

Suite à lire dans Process

Process Alimentaire - Offres d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L'AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l'actualitédu secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossierssur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois