Un pacte national en 2013 contre le gaspillage alimentaire

11 décembre 2012 - François Morel

Une campagne auprès des communautés en ligne est également lancéeavec des slogans décalés comme « Qui jette un œuf jette un bœuf » - « N’en perds pas une miette finis ton assiette » - « J’aime la nourriture je la respecte ».

Guillaume Garot, ministre délégué à l’agroalimentaire, a présenté le 6 décembre à Paris, les opérations pilotes lancées dans le cadre du plan national de lutte contre le gaspillage alimentaire. Le ministre était entouré de quelques-uns des principaux acteurs investis sur cette problématique. Côté constat, il a dénoncé « les dérives de la société de consommation ». Avec des chiffres de gaspillage qui, effectivement, interpellent : chaque Français jette de 20 à 30 kg de nourriture par an, l’équivalent en pouvoir d’achat de 400 € pour une famille de 4 personnes. Face à ce constat, Guillame Garot a fixé le cap. C’est le même objectif que le Parlement européen, à savoir réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2025.

Proposer des solutions concrètes

La première étape de ce plan a été la création le 19 novembre 2012 d'un comité de pilotage constitué de 50 partenaires intervenant à tous les maillons de la chaîne: transformateurs, distributeurs, collectivités locales, restaurateurs, associations d'aide alimentaire... Avec la mission de repérer les blocages et de proposer des solutions concrètes : la mise en place, par exemple, d’une organisation logistique ou comment faire pour créer des relations entre partenaires, en s’appuyant sur des actions de sensibilisation, et de formation.

Signature d'un pacte national

La prochaine étape est la signature au mois de juin prochain d’un pacte national. Il précisera les orientations et les mesures à mettre en place pour être efficace. Ce pacte, a souligné le ministre, va être la résultante des actions pilotes qui sont en cours sur le terrain et qui seront évaluées dans quelques mois.

Guillaume Garot, ministre délégué à l'agroalimentaire, prévoit en 2013 un pacte national contre le gaspillage alimentaire.

Côté solutions, plusieurs participants ont rappelé la nécessité de donner du sens, à travers l’organisation d'une plus grande solidarité. Les activités de tri et de collecte peuvent être l’occasion, parallèlement, de faire de la réinsertion sociale. "C'est une mobilisation collective dont il s'agit, qui nécessite une volonté politique et la mobilisation de tous les citoyens" a déclaré le ministre.

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois