Process Alimentaire / À la une / Création d'entreprise : les alternatives végétales bio à l'honneur

Bio

Création d'entreprise : les alternatives végétales bio à l'honneur

Laurence Haxaire |  30 Avril 2018 | 

De gauche à droite : Rémi Branet, directeur de la CCI du Gers, Caroline Poinas, gérante de La petite Frawmagerie, Emmanuel Joubert, fondateur de Tomm'Pousse, et Thierry Stoedzel, directeur général d’Ecocert France.

Tomm'Pousse et la Petite Frawmagerie ont plus d'un point commun : leur production -des alternatives végétales au fromage-, leurs porteurs de projet -des trentenaires convaincus, engagés pour une société écologique et durable- et, depuis mardi dernier, une nouvelle reconnaissance de la filière bio. Le premier s'est vu attribuer le Prix création du Concours national de la création d'entreprise agroalimentaire bio, et la seconde, le Prix développement. Remis à la Chambre de commerce et d'industrie du Gers, les distinctions, parrainées par l'organisme de certification Ecocert, ont été remises par le président de la Chambre, Rémi Branet -lui-même ancien dirigeant des Vergers de Gascogne- qui n'a pas manqué de rappeler que le département est le leader national en agriculture biologique avec 70000 ha de surfaces cultivées.

Le marché en demande

Cette année, 42 dossiers avaient été déposés et 10 pré-sélectionnés par Gers Développement et le CRITT-CTCPA. Mais entre boissons, aliments infantiles, nutrition sportive, snacking, ce sont finalement les deux fabricants de fromages végétaux qui se sont détachés. Pour le parisien Emmanuel Joubert (Tomm'Pousse), il s'agit de « relever le défi du goût en s'attaquant à un symbole fort de la gastronomie ». Les techniques d'affinage utilisées sont issues de la tradition fromagère et appliquées à des bases soja ou noix de cajou pour des produits comme le « CamenVert » ou le « Bleu de Paname ». Un « bacon » croustillant de noix de coco est aussi commercialisé.

La Petite Frawmagerie, basée à Clermont-Ferrand, compte déjà quatre salariés pour sa première année de production et en recrutera deux d'ici fin 2018. Avec 16 recettes à base notamment de noix de cajou, la gérante Caroline Poinas propose également une alternative au foie gras : « le marché est en réelle demande, il y a une vraie place pour ces nouveaux produits ».