Process Alimentaire / À la une / Spécial Sial 2018 : les particularités des consommateurs français

Spécial Sial 2018 : les particularités des consommateurs français

Fanny Rousselin - Pierre Christen |  17 Octobre 2018 | 

« 78 % des Français se déclarent même prêts à payer un peu plus cher pour mieux valoriser ce travail », précise Pascale Grelot-Girard. Crédit photo : Fabian Charaffi.

« En France, les exigences sont amplifiées », constate Pascale Grelot-Girard, directrice expertise market intelligence pour Kantar TNS. Les Français restent très attachés au plaisir (65%), à la recherche de produits de bonne qualité (66%) ou savoureux (40%). Ce sont aussi des curieux, désireux de variété alimentaire, ce qui se traduit par un intérêt fort pour les innovations alimentaires.

Les Français veulent aussi manger sainement (63 %) et de manière équilibrée (59 %). Ils se montrent même un peu plus inquiets que d’autres Européens quant à l’impact de leur alimentation sur leur santé. Ainsi 9 Français sur 10 expriment un besoin de transparence à l’égard de l’industrie agro-alimentaire ! Les attentes portent principalement sur la liste et la composition des ingrédients (56 %) et surtout leur origine (61 %). « Peut-être faut-il y voir une conséquence de la crise de la viande de cheval et d’un manque de clarté en matière d’affichage de l’origine sur les packs », commente-t-elle.

Les lieux de fabrication (43 %) et les conditions d’élevage (42 %) viennent ensuite. 62 % des consommateurs déclarent regarder souvent la composition nutritionnelle des produits sur les emballages (soit 7 points de plus qu’en 2016). 94 % d’entre eux trouvent important de réduire le gaspillage alimentaire.

Vrai particularisme national : ils se montrent très sensibles à une rémunération équitable des agriculteurs. « 78 % des Français se déclarent même prêts à payer un peu plus cher pour mieux valoriser ce travail », précise Pascale Grelot-Girard. Au final, les Français ont de plus en plus une vision globale de leur alimentation et ont conscience que leurs achats de produits alimentaires influent sur les systèmes de production. « Dans un contexte mondialisé et digitalisé, ils se réapproprient un pouvoir de liberté en affirmant des convictions fortes, par exemple en réduisant leur consommation de viande, en choisissant des produits plus respectueux du bien-être animal et de l’environnement ».