Process Alimentaire / Emballage / 61 % des jeunes changent de marques en raison des emballages

Emballage

61 % des jeunes changent de marques en raison des emballages

Karine Ermenier |  18 Février 2019 | 

61 % des 19-29 ans interrogés ont déclaré avoir changé de marque l’année dernière pour des raisons d’emballage, de recyclabilité ou de suremballage principalement, indique l’étude menée par l’association européenne Pro Carton.

89 % des consommateurs français souhaitent que les informations présentes sur l’emballage précisent en quoi il est respectueux de l’environnement. Voilà un des enseignements de l’étude menée auprès de 7 000 consommateurs par Pro Carton, l’association européenne des fabricants de cartonnages et de cartons plats. Celle-ci confirme que l’éco-conception des emballages va influencer de plus en plus le comportement d’achat des foyers. « En effet, quatre Français sur dix réduisent leurs achats de produits conditionnés dans des matériaux non durables et un tiers évitent certains produits en raison de préoccupations liées à l’emballage », dévoile l’association. Et l’incidence est encore plus grande chez les jeunes. « 61 % des 19-29 ans interrogés ont déclaré avoir changé de marque l’année dernière pour des raisons d’emballage, de recyclabilité ou de suremballage principalement », indique l’étude.

Il devient donc urgent pour les marques de tenir compte de cette évolution des mentalités. Même si les consommateurs restent, pour bien des raisons, souvent contradictoires dans leurs comportements car prêts à acheter des produits individuels ou des mignardises suremballés à l’excès pour des questions de praticité tout en dénonçant le caractère non recyclable d’un autre emballage de produit fond de placard.

Certains consommateurs encouragent même une taxe

Dans tous les cas, aucune classe d’âge n’est insensible. Selon Pro Carton, 80 % des plus de 50 ans interrogés estiment qu’il faudrait faire davantage pour utiliser des emballages respectueux de l’environnement. Et nombreux sont ceux qui pensent qu’une taxe devrait forcer les distributeurs et les marques à adopter des packs plus durables. Ils ne sont que 15 % à s'y opposer.

Dans ce contexte, le carton peut tirer son épingle du jeu. Car 92 % des sondés ont affirmé préférer un emballage en carton plutôt qu’en plastique si on leur laisse le choix. « Cette étude met en lumière l’évolution rapide des attitudes et des comportements des consommateurs depuis que le débat sur la durabilité a pris de l’importance. Les distributeurs et les marques savent qu’ils doivent satisfaire leurs clients et bousculer le gouvernement pour mettre en place des emballages plus respectueux de l’environnement », déclare Tony Hitchin, directeur général de Pro Carton.

Education des enfants aux bienfaits du carton

Fin 2018, l’association européenne a d’ailleurs invité l’industrie des emballages à base de papier à soutenir sa dernière initiative "Trees into Cartons, Cartons into Trees", appelée Ticcit : il s’agit d’un programme de sensibilisation conçu pour éduquer les enfants de 8 à 11 ans sur la durabilité et la nature renouvelable des emballages. Le programme a connu un énorme succès aux États-Unis où il a été créé par le Paperboard Packaging Council, et à ce jour plus de 100 000 enfants y ont participé. Suite à des essais au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, Pro Carton a décidé d’étendre ce programme à toute l’Europe. « Nous attendons maintenant des entreprises d’emballage qu’elles nomment des ambassadeurs dont le rôle sera d’encourager leurs collègues à rendre visite à des écoles dans leurs pays respectifs. C’est là où ce projet devient passionnant. Après avoir expliqué l’importance des arbres, ces personnes aideront les enfants à planter un jeune arbre dans un étui biodégradable qu’ils emmèneront chez eux et planteront dans leur jardin », indique Tony Hitchin.

Pour présenter les choses de façon tout à fait objectives aux consommateurs, reste toutefois à définir un indicateur qui puisse permettre de comparer les solutions d'emballages entre elles. Est-ce l'Analyse du Cycle de Vie, par exemple ? L'empreinte carbone ? Ou juste le caractère recyclable des emballages ? Le sujet mérite réflexion.