Process Alimentaire / Emballage / Avec l’agrément de Léko, l’éco-contribution s’ouvre à la concurrence

Emballage

Avec l’agrément de Léko, l’éco-contribution s’ouvre à la concurrence

Karine Ermenier |  10 Mai 2017 | 

Léko est une société française par actions simplifiées, créée en octobre 2016. Elle est détenue par sept actionnaires : Cérélia, La Toque Angevine, Adepale, Group'Hygiène, Ficime, Valorie, France Emballage. Sur la photo de gauche à droite : Pascal Gislais (Membre du Comité de Direction de Léko et président de Valorie), Steve Lawson (président de Léko et directeur financier de Cérélia), Mickaël Martin (directeur du développement de Valorie) et Thierry Varlet (administrateur de Léko au nom de France Emballage).

Jusqu’à ce jour, Eco-Emballages et sa filiale Adelphe étaient les deux seuls éco-organismes agréés par les pouvoirs publics sur la filière des emballages ménagers. Auxquels s’ajoute Ecofolio, fusionnée dans Eco-Emballages en avril dernier, seul organisme agréé sur la filière papier. Depuis le 4 mai dernier, un nouvel éco-organisme a été agréé par les autorités françaises dans le cadre de la REP Emballages 2018-2022, ouvrant le marché pour la première fois à la concurrence : Léko. «C’est une reconnaissance de la qualité du projet de Léko, qui a su démontrer sa capacité à porter un projet alternatif pour la gestion des emballages ménagers. Si notre demande d’agrément et la présentation menée devant la commission consultative des filières REP emballages ont pu convaincre, c’est grâce aux liens noués avec tous les interlocuteurs du l’économie circulaire de l’emballage, aux relations de confiance que nous avons pu établir », a commenté Steve Lawson, président de Léko et directeur financier du groupe Cérélia, un des sept actionnaires de Léko.

Pour rappel, la collecte, le tri et le traitement des déchets d’emballages sont organisés en France selon le principe de la « responsabilité élargie du producteur » (REP) qui impose à tout producteur de prendre en charge le traitement des déchets générés par les produits qu'il met sur le marché. Le producteur transfère cette responsabilité à un éco-organisme, moyennant une contribution financière. Il a désormais le choix entre Eco-Emballages, Adelphe (pour les vins et spiritueux) et Léko. Les fonds collectés par ces éco-organismes seront transférés aux collectivités locales pour leur permettre d'assurer leur obligation légale de collecter, trier et traiter les déchets ménagers.

Retrouvez l'article "Léko en cinq questions" dans notre numéro de janvier 2017 p.70. Il répond aux interrogations suivantes : quelle simplification attendre ? les coûts seront-ils réduits ? quel pouvoir aux contributeurs ? comment atteindre 75 % de taux de recyclage ? un autre signe que le Point Vert ?