Process Alimentaire / Emballage / En sursis, l'éco-organisme Léko lance un appel à financement

Emballages

En sursis, l'éco-organisme Léko lance un appel à financement

Karine Ermenier |  30 Août 2017 | 

Directeur administratif et financier de Cérélia, Steve Lawson est président de Léko. Il lance un appel à tous les metteurs en marché de produits emballés qui espèrent une ouverture à la concurrence des éco-organismes : "Nous avons déjà reçu des propositions d’avances de contributions et des demandes pour rejoindre la gouvernance. Néanmoins, ces financements complémentaires ne seront pas suffisants et nous avons toujours impérativement besoin de votre appui pour rendre ce projet possible en 2018."

La situation est particulièrement tendue. Un communiqué signé Steve Lawson, président de Léko, a lancé l’alerte tout début août. « Malgré la mobilisation de l’ensemble des actionnaires et des équipes du nouvel éco-organisme, les ressources nécessaires au développement de Léko n’ont pu être rassemblées à ce jour. Pour cette raison, Léko ne saurait être en mesure de conduire ses missions dans de bonnes conditions selon le calendrier initialement prévu. » Le Conseil d’Administration a alors décidé de suspendre provisoirement les activités de Léko pour lui permettre de réunir de toute urgence les fonds nécessaires à son développement.

Agrée le 5 mai 2017, le tout nouvel éco-organisme de la filière REP des emballages ménagers (Responsabilité élargie du producteur), a jusque-là été intégralement financé par des investissements financiers et humains de ses actionnaires fondateurs (Cérélia, La Toque Angevine, Adepale, Group'Hygiène, Ficime, Valorie, France Emballage). Ces ressources devaient être complétées par d’autres apports financiers provenant de prêts d’établissements bancaires et d’avances d’éco-contributions de metteurs sur le marché de produits emballés. Mais ces ressources n’ont pas encore été réunies. Le Conseil d’administration de Léko invite donc – et même implore à ce stade car l'ouverture à la concurrence en dépend - les metteurs en marché qui le souhaitent à le soutenir financièrement.

Les contributeurs ont jusqu’au 8 septembre 2017 pour se manifester. Cet appui pourrait prendre la forme d’une avance de versement d’éco-contributions et/ou d’une participation au capital de Léko. « Si les metteurs sur le marché de produits emballés souhaitent avoir une véritable concurrence, c'est le moment pour eux de se mobiliser. Nous restons persuadés qu’il s’agit d’une nécessité et d’un bienfait », avance Steve Lawson. Les premiers effets bénéfiques de l'arrivée de Léko sur le marché de la REP emballages ménagers se sont déjà fait sentir. L'acteur historique Eco-Emballages a, en effet, créé une Direction clients il y a quelques mois qui a justement pour mission de simplifier les démarches administratives liées aux déclarations d'éco-contributions (Lire "Eco-organismes : que change l'ouverture à la concurrence ?" dans notre numéro de juin 2017 p.71).

Un objectif clair de simplification des déclarations d'éco-contributions

L’équipe Léko ne désarme pas et compte sur une mobilisation collective pour donner vie à son projet. Suite à l'appel lancé le 3 août dernier, certains metteurs en marché de produits emballés se sont déjà manifestés. Mais pas encore en nombre suffisant pour réunir les fonds nécessaires à la mise en place des équipes qui iront, dès le 1er janvier prochain sur le terrain pour présenter les services de Léko aux contributeurs et aux collectivités. Pour aider les entreprises à se décider, Léko a d'ores et déjà établi ses barèmes, bientôt publiés. Mais la différence la plus visible avec le concurrent historique ne s'observera probablement pas sur ce terrain. L’objectif de Léko étant surtout d’apporter une alternative à Eco-Emballages en simplifiant les démarches administratives (d’adhésion, de déclaration, etc.), en accentuant la collaboration entre les acteurs tout au long de la chaîne et en créant des services adaptés à chacun. "Si les metteurs en marché veulent enfin disposer d'une concurrence sur ce marché, comme ils peuvent l'avoir auprès de chacun de leurs fournisseurs d'énergies, de services, etc., c'est maintenant qu'ils doivent se mobiliser et transformer leur enthousiasme pour l'ouverture à la concurrence en acte concret", exhorte Thierry Varlet, administrateur de Léko au nom de France Emballage. L'appel est lancé !