Process Alimentaire / Emballage / Les 3 tendances phares du packaging alimentaire en Europe

Emballage

Les 3 tendances phares du packaging alimentaire en Europe

Karine Ermenier |  8 Avril 2016 | 

Dans le domaine des plastiques, Ceresana estime que les emballages rigides enregistreront une croissance forte de l'ordre de 2 % par an dans les prochaines années. « Ce type d'emballages profite de la demande croissante en produits de snacking à consommer sur le pouce », commente l'institut.

Atmosphères modifiées pour les plats préparés, films à hautes barrières pour les poissons, sachets stand-up pour le café en poudre, etc. « L'emballage alimentaire est devenu une science à part entière », commente l'institut d'études international Ceresana. Lequel a analysé le marché du packaging alimentaire en Europe et en ressort trois grandes tendances dans son étude complète finalisée récemment : la rapide croissance des bioplastiques, le rôle clé de la praticité et le marché dynamique des containers rigides en plastique.

Selon l'institut, les emballages alimentaires (hors boisson) devraient peser 38 millions de tonnes en Europe d'ici 2022, en comprenant les emballages primaires, secondaires et tertiaires.

1) La demande de bioplastiques en croissance forte

Le volume de ventes d'emballages respectueux de l'environnement est en forte croissance. Ceresana prévoit un taux de plus de 15 % de croissance pour les sacs jetables et autres solutions d'emballage en bioplastiques. En France, par exemple, la loi sur la transition énergétique, dont le décret est paru le 31 mars dernier, interdit la distribution aux caisses de sacs jetables de moins de 50 microns d'épaisseur (hors biodégradables et compostables) à compter du 1er juillet 2016. Et interdit également les sacs plastiques jetables en rayons (fruits et légumes, poissonnerie, etc.) à partir du 1er janvier 2017. De quoi mécaniquement booster le marché des sacs compostables et d'origine biosourcée. « Cette tendance aura un effet positif sur les produits fabriqués à partir de plastiques recyclés, et, à un degré plus modeste, également sur l'emballage en papier, commente Ceresana. Cependant, la durabilité ne suffit pas. Les emballages en verre ont une bonne réputation à cet égard, mais leur demande est en baisse malgré tout. Car de nombreux consommateurs trouvent le verre trop lourd et trop fragile. »

2) La recherche de praticité avantage le carton

« Presque tous les fabricants de solutions d'emballages pour aliments réfrigérés et congelés ainsi que de plats cuisinés tirent profit de la recherche de praticité de la part des consommateurs », explique Ceresana. Il existe toutefois de grandes variabilités selon les types d'emballages. « Les ventes de produits conditionnés en conserves métalliques, par exemple, sont en baisse, note le spécialiste des études de marché. Nous prévoyons qu'au cours des prochaines années, la demande pour les emballages en métal dans le segment des plats préparés augmentera de seulement 0,5 % par an contre 3,1 % pour les emballages en papier et en carton. » La demande croissante pour les emballages prêts à l'emploi servira, en effet, davantage les applications en papier et en carton. Sans compter que la montée en puissance du e-commerce jouera aussi en faveur des volumes de vente de cartons ondulés et d'emballages de transport en carton.

3) La consommation sur le pouce sourit aux plastiques rigides

Dans le domaine des plastiques, Ceresana estime que les emballages rigides enregistreront une croissance forte de l'ordre de 2 % par an dans les prochaines années. « Ce type d'emballages profite de la demande croissante en produits de snacking à consommer sur le pouce », commente l'institut. Mais les emballages souples en plastique ne sont pas en reste. En Allemagne, les sachets enregistrent les plus forts taux de croissance (2,6 % par an), notamment sous l'impulsion des très populaires sachets stand-up. Sur tous les segments de l'emballage souple, la montée en puissance du PET s'observe également. Autre tendance notable, celle des emballages intelligents qui permettent de contrôler le contenu. «Certains d'entre eux peuvent même activement absorber ou libérer des substances afin de prolonger la durée de conservation des aliments. Ils sont l'avenir des solutions d'emballage », commente Ceresana. Même si, à ce jour, leur développement reste encore assez discret, en particulier en France.

Détails du contenu de l'étude de marché de Ceresana sur http://www.ceresana.com/en/market-studies/packaging/food-packaging-europe/