Process Alimentaire / Ingrédients / L’innovation « made in France » dynamique et audacieuse

Sial Paris 2016

L’innovation « made in France » dynamique et audacieuse

Pierre Christen |  10 Octobre 2016 | 

La dernière gamme Christine Le Tennier, à base d'algues, joue la carte de la nostalgie mais de manière moderne et décalée.

Les Français ne sont pas aussi conservateurs qu’on voudrait le croire. 64 % d’entre eux aiment découvrir de nouveaux produits alimentaires. Et plus de la moitié d’entre eux aiment essayer de nouvelles textures, variétés, sensations,… Mais c’est surtout du côté de l’offre que la diversité joue à plein. La prochaine édition du Sial Paris vient le confirmer. Plus d’un millier d’entreprises françaises vont y exposer, du 16 au 20 octobre, soit 15 % du total.

« La France est un des pays qui innovent le plus au monde avec les États-Unis et la Chine, avec près de 3000 concepts lancés par an, soit 10 % du total mondial. C’est plus que le Japon, l’Italie ou le Royaume-Uni et c’est comparable aux Etats-Unis et à la Chine. Bien sûr, il y a beaucoup d’échecs, Un produit sur deux ne passe pas les six mois en linéaires. L’innovation alimentaire est un sport à risque », commente Xavier Terlet, président d’XTC World Innovation.

Pourquoi les entreprises françaises innovent-elles autant ? « C’est sans doute le fruit de notre culture gastronomique et aussi de notre tissu d’entreprises TPE-PME, qui ont besoin de se différencier par une offre innovante. Il faut aussi souligner que la grande distribution a besoin de se différencier à et à ce titre, encourage l'innovation à travers les MDD ou les marques. Les Pouvoirs publics font aussi beaucoup pour encourager l’innovation, avec différentes structures d’accompagnement, des centres techniques aux pôles de compétitivité », analyse l’expert.

Xavier Terlet pointe également une tendance de fond : la venue de nouveaux acteurs issus de l’univers des nouvelles technologies. « La Food Tech française n’a rien à envier à son homologue américaine. La France est une pépinière de start-up, qui arrivent sur le marché avec une offre source d’innovation », indique-t-il.

En quoi l’innovation « made in France » se distingue-t-elle ?

Face à l’hyper-sensibilité au risque perçu alimentation – santé, les Français recherchent de manière privilégiée la naturalité et le local, clefs de la réassurance. « L'innovation à la française est tournée vers le haut de gamme, des produits à la mode, audacieux, mais qui se veulent rassurants. C'est très français que de traduire l'apport santé pour garantir le plaisir avec des ingrédients naturels et pas scientifiques. La France est le fer de lance de la naturalité », analyse Xavier Terlet.

Pour illustrer l’innovation plaisir avec la recherche de dimensions nouvelles, il cite le lancement par Guyader du pâté marin associant thon germon et cochon breton. Xavier Terlet met aussi en exergue la recherche de nostalgie. « Auparavant, cette tendance était très tournée terroir et campagne. Elle est désormais plus ancrée dans le présent. On va aller chercher des recettes traditionnelles et on va la revisiter à travers ingrédients ou communication », souligne-t-il. C’est l’exemple de la dernière gamme Christine Le Tennier.

Guyader lance une recette originale de pâté associant thon et cochon.