Process Alimentaire / Ingrédients / La deuxième vague de l’ultra-frais végétal

Ingrédients

La deuxième vague de l’ultra-frais végétal

Amélie Dereuder |  20 Mai 2019 | 

Récemment arrivé sur le segment, Yoplait (General Mills et Sodiaal) décline son fameux Panier en végétal. Ces produits lancés en avril sont formulés sur base de lait de coco allégé ou de jus d’amande fermenté et sont mélangés à des préparations de fruits (abricot, fraise, framboise, mangue-passion). Ils sont également certifiés par le V-label.

Avec + 23 % de ventes et + 45 % de lancements entre 2017 et 2018, l’ultra-frais végétal aiguise les appétits des consommateurs et des fabricants. A cette date, les desserts végétaux ont commencé à coloniser le rayon ultra-frais pour répondre à l’intérêt grandissant des consommateurs pour les produits alternatifs aux produits laitiers. Si le soja faisait la loi il y a encore trois ans, les linéaires ont bien changé avec l’arrivée d’Andros, de June (Sill), d’A Bicyclette (Eurial), de Bjorg (récemment repris par PAI Partners) et Michel et Augustin. Les références au coco, à l’amande ou aux céréales se sont suffisamment développées pour faire de l’ombre au soja. Ce dernier reste soutenu par les lancements d’Alpro ou de Triballat-Noyal, qui a lancé fin 2018 la marque Vrai Végétal, des desserts bio au soja.

En 2019, l’engouement pour ce type de produits n’est pas retombé et les nouveautés continuent d’entretenir la dynamique du segment végétal ultra-frais. Cette année, c’est le coco qui est indubitablement à l’honneur. Fin 2018, cet ingrédient représentait 46 % des parts de marché en volume de l’ultra-frais végétal hors soja (source IRI).

Le coco, star des lancements 2019

Avec Gourmand et Végétal, Andros est devenu le second acteur du segment et le premier contributeur à la croissance. En avril, le groupe a élargi sa gamme avec une nouvelle « crème » dessert à l’amande, deux brassés coco et deux desserts plus gourmands : un riz au lait de coco ainsi qu’une mousse au chocolat. Pour remplacer les œufs ou la base laitière, Andros utilise un lait de coco allégé, de l’eau de coco, deux texturants (amidon, carraghénanes) et deux solutions émulsifiantes : protéines de pomme de terre et mono et diglycérides d’acide gras de colza. A part une mention sur les fruits à coques, ce produit a l’avantage de ne pas avoir d’allergène ! Il est certifié végane par le V-label.

June a aussi étoffé son offre avec un dessert type crème, au lait de coco et au chocolat. Pour se différencier, la marque de Sill a inclus de la noix de coco finement râpée. L'autre avantage réside dans sa composition minimaliste : lait de coco, chocolat en poudre, amidon de riz, noix de coco râpée. Une rareté dans le domaine de l’ultra-frais végétal, souvent obligé d’utiliser des texturants pour obtenir un produit proche de l’univers laitier.

Récemment arrivé sur le segment, Yoplait (General Mills et Sodiaal) décline son fameux Panier en végétal. Ces produits lancés en avril sont formulés sur base de lait de coco allégé ou de jus d’amande fermenté et sont mélangés à des préparations de fruits (abricot, fraise, framboise, mangue-passion). Ils sont également certifiés par le V-label.

Spécialiste des desserts gourmands, Gü vient de lancer Délicieusement Végétal. Ces desserts en couches sont fabriqués avec de la crème de coco, des brisures de biscuits et des préparations de fruits (citron ou fraise-rhubarbe) ou au chocolat. Ils sont présentés en ramequins de 95 g et sont sans gluten.

Chez Les Petites Pousses (AlterFoodie), les lancements récents concernent des références exotiques. La jeune société adepte du bio a elle aussi misé sur le coco avec des parfums banane, passion-mangue et vanille. Comme elle l’explique, le lait de coco a l’avantage d’être plus doux et onctueux que les autres bases végétales. C’est aussi un ingrédient à la mode et qui rassure plus que le soja.