Process Alimentaire / Ingrédients / Protéines végétales, des atouts à faire connaître

Ingrédients

Protéines végétales, des atouts à faire connaître

Amélie Dereuder |  23 Mars 2015 | 

Les consommateurs français jugent les protéines végétales bonnes pour la santé (93 %), indispensables à tous (85%), complémentaires des protéines animales (83%), bonnes pour l’environnement (78%) et synonymes de bonne qualité (77%). Crédit photo Ingredion

Selon Noémie Simon, représentante du GEPV, le marché de ces protéines est en plein essor. « Cette croissance repose sur la recherche croissante de produits durables, la volonté de consommer des produits de meilleure qualité nutritionnelle et la montée en puissance du végétarisme et du flexitarisme. Un autre élément, est le prix des matières protéiques végétales, qui est globalement inférieur à celui des protéines animales, en fonction des fluctuations des marchés. » D'après le baromètre réalisé par l’institut CSA sur 1015 internautes de plus de 18 ans, 25% des Français ont l'intention de consommer plus souvent des produits avec des protéines végétales et 35% veulent réduire leur consommation de viande.

Les consommateurs français interrogés jugent les protéines végétales bonnes pour la santé (93 %), indispensables à tous (85%), complémentaires des protéines animales (83%), bonnes pour l’environnement (78%) et synonymes de bonne qualité (77%). Cependant, ces résultats sont globalement en baisse par rapport au dernier baromètre de 2011.

70 % des Français savent que les protéines végétales se retrouvent essentiellement dans les légumineuses et légumes secs. Les sources végétales de protéines les plus connues sont les lentilles (citées par 49% des français) et le soja (35%). Mais 65 % et 58 % des Français ne connaissent pas le lupin et les micro-algues.

L'enquête dévoile que les produits riches en protéines végétales les plus appréciés et les plus achetés sont les légumes secs, les produits laitiers au soja et les produits diététiques. En revanche, les autres produits consommés (boulangerie/pâtisserie, viande, charcuterie, plats préparés) sont moins appréciés.

Le goût et le manque de connaissances, des freins à l'achat

Parallèlement, le baromètre révèle que les motivations à l’achat pour les protéines végétales sont la curiosité, la réduction du taux de graisse et les raisons nutritionnelles. A l'inverse, les freins sont le goût, la non-consommation de ce type de produits en général et le manque de confiance. Les protéines végétales sont aussi jugées être peu connues (82% des interrogés) et ne pas être bon marché (62%).

les protéines végétales sont assez mal connues du grand public. Mais l'enquête explique aussi qu'elles sont plus familières des foyers ayant un végétarien dans le foyer ou suivant un régime, de ceux qui consomment des produits bio ou des compléments alimentaires, des femmes relevant de catégories socio-professionnelles supérieures (CSP+) et des 50-64 ans. Noémie Simon a ajouté lors de la conférence sur les protéines végétales du 10 mars au CFIA : « A la vue de ces résultats, il y a des efforts pédagogiques à faire. Les protéines végétales ont une image positive, indispensable, éco-respectueuse et qualitative, mais le consommateur doit être rassuré sur le goût. »