Process Alimentaire / Procédés / De nouvelles perspectives de traçabilité grâce à la blockchain

Digitalisation

De nouvelles perspectives de traçabilité grâce à la blockchain

Stéphanie Perraut |  29 Octobre 2018 | 

Avec la technologie blockchain, le consommateur peut accéder à partir d'un simple scan à des informations précises et validées de traçabilité et de sécurité des aliments. (crédit photo : IBM)

La plate-forme IBM Food Trust est née il y a deux ans sous la forme d'une version pilote déployée par le distributeur américain Walmart aux Etats-Unis, pour la traçabilité de la mangue, et en Chine, pour le suivi du porc. Le 8 octobre 2018, le géant de l'informatique a annoncé la complète disponibilité de la solution. Ce réseau cloud collaboratif, basé sur la blockchain, fournit aux distributeurs, fournisseurs, producteurs et aux industriels de l’agroalimentaire des données provenant de l'ensemble de leur écosystème. Les données liées à la sécurité des produits sont partagées au profit des consommateurs qui peuvent ainsi accéder à :

  • l'information de traçabilité sur l’origine et la qualité des produits,
  • l'information sur la composition nutritionnelle des produits et potentiellement la présence d’allergènes et de substances mises au ban par l'opinion publique,
  • la traçabilité partagée de bout en bout en cas de rappels produits, en cas de défaut sanitaire ou de non-respect d’un cahier des charges ou d’un label.

Unilever et Nestlé figurent parmi les partenaires du projet. Déjà familier de la technologie suite à l'application de la blockchain sur ses poulets « Filière Qualité », Carrefour a rejoint début octobre les acteurs engagés dans la construction de la plate-forme IBM Food Trust. Cette collaboration est une des actions majeures du programme mondial de transition alimentaire du groupe de distribution. L'enjeu est d’accélérer le déploiement de la technologie blockchain à de nouvelles gammes de produits dans les tous prochains mois. La solution devrait être étendue à toutes les marques Carrefour dans le monde d’ici 2022.

Un réseau interopérable et évolutif

Walmart va également demander progressivement à tous ses partenaires d'utiliser la blockchain. Le distributeur a récemment annoncé qu’il allait commencer par ses fournisseurs de salades et autres légumes verts à feuille de saisir des informations numériques sur les événements de traçabilité de bout en bout à l'aide d'IBM Food Trust. « La complexité d'un projet de ce type, au-delà de la technologie, est de réussir à fédérer les principaux intervenants du marché. Les grands acteurs doivent partager le même véhicule », estime Luca Comparini. Sous couvert de confidentialité, d'autres intervenants ont déjà approché IBM pour se joindre à l'aventure.

« Nous ne craignons pas l'évolution de la plate-forme en taille », poursuit-il. IBM Food Trust repose sur le protocole open source Hyperledger Fabric, hébergé et animé par la fondation Linux. Le réseau est nativement compatible avec la norme GS1. « Le protocole blockchain Etherium a introduit la notion de créer des « smart contracts », des règles métiers codées sur le registre pour déclencher automatiquement des actions. Mais Etherium a été conçu pour les réseaux ouverts, il privilégie la transparence à la convivialité », commente Luca Comparini, expert blockchain chez IBM France. Le protocole Hyperledger Fabric se distingue d'Etherium en ceci qu'il est conçu pour les transactions B to B ou B to B to C. « Il est adapté aux réseaux à permission et gère différents niveaux de transparence. De plus, son niveau de performance assure une latence minimale même s'il traite un grand nombre d'information », explique Luca Comparini.

De nouveaux modules à venir

Les participants peuvent choisir parmi les trois modules de la solution à des tarifs adaptés aux petites, moyennes et grandes entreprises à partir de 100 $ par mois (environ 87 €).

  • Traçabilité - Le module de traçabilité permet aux membres d'un écosystème alimentaire de tracer des produits de manière plus sécurisée en quelques secondes, ce qui permet d'atténuer les contaminations croisées, de réduire la propagation de maladies animales d'origine alimentaire et de réduire les gaspillages inutiles, processus qui prend souvent des semaines avec d'autres méthodes.
  • Certifications - Le module de certification permet de vérifier la provenance des certificats numérisés, tels que les produits biologiques ou les produits du commerce équitable. Il permet également aux participants de l'ensemble de l'écosystème de charger, gérer et partager facilement et numériquement les certifications alimentaires, accélérant ainsi la gestion des certificats jusqu'à 30%.
  • Entrée et accès aux données - Le module d’entrée et d’accès aux données permet aux membres de télécharger, d’accéder et de gérer des données en toute sécurité sur la blockchain.

Les fournisseurs peuvent contribuer gratuitement au réseau avec des données. Les entreprises qui publient des données sur la blockchain continuent de les posséder. Le propriétaire des données est le seul à pouvoir décider si les données peuvent être visibles ou partagées sur le réseau. « De nouveaux modules sont prévus, développés par IBM et/ou des tiers sur le même tronc commun », annonce Sandra Calabre, client executive chez IBM.