Process Alimentaire / Qualité / Bientôt une norme pour les produits végétariens et végétaliens

Qualité

Bientôt une norme pour les produits végétariens et végétaliens

Marjolaine Cérou |  18 Février 2019 | 

Une norme volontaire pour les produits végétariens et végétaliens est en cours d’élaboration au niveau international. Lors d’une réunion le mercredi 13 février, l’Afnor a expliqué les objectifs et enjeux de ce projet. Crédit : Adobe Stock.

Le marché du végétal est en fort développement. Il suffit de voir les références qui se multiplient dans les linéaires. Pourtant, jusqu’à présent, il n’existe pas de référentiel ou de réglementation commune fixant les définitions. D’où la demande de la Suisse d’initier un projet de norme volontaire au niveau international intitulé « Food suitable for vegetarian and vegan ». « Son objectif est d’apporter des définitions et critères précis pour disposer de bases communes et partagées », détaille Nadine Normand, responsable de département au sein d’Afnor Normalisation.


Un autre objectif est d’aider l’Europe à avancer sur ce sujet. Bien que jugé comme nécessaire lors de la publication du règlement Inco (1169/2011), aucun cadre réglementaire n’a encore été fixé pour ces produits. «Une norme d’application volontaire a une portée internationale. Elle constitue un état de l’art à un instant « t » sur lequel le législateur peut s’appuyer. Elle pourrait alimenter les discussions européennes et préfigurer le futur règlement européen», rappelle Nadine Normand. D’où l’importance de participer aux débats. « En France, nous utilisons trois termes végétariens, végétaliens et vegan, mais ce n’est pas le cas de tous les acteurs internationaux. De plus, nous n’avons pas tous les mêmes définitions, ni les mêmes critères. Autre point important, la norme pourrait clarifier les allégations qui manquent aussi d’harmonisation », souligne-t-elle.

Une publication prévue pour fin 2020

Pour que la France soit représentée lors de la prochaine réunion du Comité de normalisation, il faudra que la commission française, sous la houlette de l’Afnor, soit constituée pour qu’un expert soit mandaté et puisse prendre position lors des discussions. « Pour l’instant, les deux pays modérateurs du groupe sont la Suisse et le Canada via l’Association végane du Canada. Des questions ont déjà commencé à être abordées lors d’une première réunion. Il est important que la France puisse émettre un consensus et se positionner à l'international », rapporte Marie Krol Vel Farmas, chef de projet au sein d’Afnor Normalisation et future secrétaire de la commission française. Un calendrier ambitieux a déjà été fixé. Une enquête publique est prévue en décembre 2019 pour une publication un an après, soit en décembre 2020.