Process Alimentaire / Qualité / De nouveaux outils pour améliorer les procédures de retraits-rappels

Qualité

De nouveaux outils pour améliorer les procédures de retraits-rappels

Marjolaine Cérou |  10 Décembre 2018 | 

Dans le cadre du projet Num-Alim, GS1 France va aider l’Ania et la FCD à mettre en place de nouveaux outils pour améliorer les procédures de retraits et de rappels produits. L’objectif : améliorer leur efficacité à l’aide d’outils digitaux. Crédit : Adobe Stock Photos.

La succession de retraits-rappels de laits infantiles en janvier dernier, la crise du fipronil l’été précédent, et, plus récemment, la contamination des légumes surgelés par Listeria monocytogenes qui a touché plusieurs pays européens… Ces trois affaires ont montré la complexité du système de gestion des retraits-rappels. Dans le cadre du projet Num-Alim , l’Association nationale des industries agroalimentaires (Ania) et la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) se sont associées à GS1 France pour travailler sur l’amélioration de la traçabilité et des procédures de retrait-rappel. L’objectif : créer des outils digitaux afin d’être encore plus réactifs et efficaces en cas de crises sanitaires.

Dans la perspective d’améliorer l’efficacité des procédures de retraits et de rappels, GS1 France, à la demande de l’Ania et de la FCD, a effectué un état des lieux des pratiques actuelles dans le but d’identifier les points d’amélioration. « La qualité des produits est la priorité des enseignes de la distribution. Afin de répondre aux demandes des consommateurs en matière de transparence et de s’appuyer sur l’innovation pour améliorer les procédures de retrait-rappel, le secteur de la distribution s’inspire et élargit le mouvement initié par certaines enseignes. Ce travail, engagé ici à l’échelle de la filière, doit permettre d’apporter une réponse commune et efficiente », souligne Jacques Creyssel, délégué général de la FCD.

Une plate-forme centrale en cours de développement

Un plan d’action global est en cours dans la filière, suite aux recommandations émises par le groupe de travail du Conseil National de la Consommation sur l’amélioration de ces procédures. Ainsi, comme l’indique la DGCCRF, le guide de gestion des alertes est en cours de révision. Une plate-forme centralisant toutes les alertes et retraits est également en cours de construction. Le calendrier n’est pas encore établi à ce jour. La DGCCRF prévoit également de mettre une application à disposition des consommateurs pour les aider à signaler tout rappel-produit. A terme, ces outils ont vocation à renforcer les exigences et l’agilité de la filière au profit d’une alimentation plus sûre et de la sécurité des consommateurs.

« La sécurité des aliments, la lutte contre les fraudes et la gestion de crises sont des priorités absolues pour les entreprises alimentaires qui doivent aux consommateurs des produits sûrs et une information fiable. La transition numérique va nous aider à être plus efficaces, plus réactifs et à mieux communiquer auprès des consommateurs », déclare Richard Girardot, président de l’Ania.

Le deuxième axe de ce projet est de partager l’information produit auprès des consommateurs de manière plus transparente. C’est dans cette optique qu’a été lancé le projet de Catalogue Numérique des aliments, renseigné par les fabricants, qui devrait être mis à disposition au second semestre 2019.

Pour rappel, le projet Num-Alim est une priorité du contrat de filière. Un budget de 6,2 M€ a été alloué pour ce projet jusque-là inédit à l’échelle mondiale.