Process Alimentaire / Qualité / La lumière pulsée décontamine les emballages

Qualité

La lumière pulsée décontamine les emballages

Marjolaine Cérou |  5 Octobre 2015 | 

Claranor avait présenté à l'occasion du salon Emballage en 2012 un système de traitement des cols de préformes par lumière pulsée.

Utiliser la lumière pulsée pour décontaminer surfaces lisses des emballages entrant en contact avec les denrées alimentaires (bouchons de bouteille, opercules, pots de yaourt préformés), c'est ce qu'a exploré pendant quatre ans le projet d'innovation stratégique industrielle Beata Lux. L’objectif ? Mieux caractériser ce procédé et ses effets sur les matériaux pour trouver des applications aseptiques de cette technologie dans les industries alimentaires.

Mieux comprendre l'effet de la lumière pulsée sur l'inactivation des microorganismes

Les premières investigations ont aidé à mieux comprendre les mécanismes d’action sur les micro-organismes, en particulier sur les spores bactériennes, bien connues pour leurs capacités de résistances élevées. La décontamination s’opère par l’action de flashs de lumière de très haute énergie (quelques Joules par cm²) et de très courte durée (moins d’une milliseconde). Ce sont ces deux paramètres qui vont déterminer l'effet antimicrobien du traitement. Chaque flash est composé d’un large spectre de rayonnements allant des UV aux infrarouges. Les chercheurs ont mis en exergue que l’action d’inactivation des micro-organismes est attribuée aux rayons ultraviolet de courte longueur d’onde (UVc), et non à l’effet thermique du rayonnement infrarouge. Ces premières conclusions vont permettre d'orienter les développements vers la conception de nouvelles lampes mono-longueur d’onde, afin d’optimiser les performances de l’équipement. Par ailleurs, les recherches ont mis en évidence qu'aucun composé néoformé n’est généré aux doses utilisées.

Autre argument en faveur de cette technique qualifiée de « clean technologie », elle n’utilise ni eau, ni produit chimique ni irradiation. Le procédé est compact et s'intégre aisément sur une ligne de production, qu'elle soit nouvelle ou déjà existante. L’équipement s'avère également économique et ne consomme que peu d'énergie.

Le projet d’Innovation Stratégique Industrielle Beata Lux, intitulé «Lumière pulsée et Excimer : création d’une filière industrielle de décontamination aseptique», est soutenu à hauteur d’environ 10 millions d’euros par BPI France. Coordonné par la PME avignonnaise Claranor, il associe une dizaine de partenaires académiques et privés dont deux équipementiers. Il implique également deux laboratoires de l'Inra : l'UMR Sécurité et Qualité des Produits d’Origine Végétale (SQPOV) et l'UMR Ingénierie Procédés Aliments (GENIAL) pour l’évaluation du procédé sur l’intégrité des matériaux traités.