Process Alimentaire / Ingrédients / Nutri-Score et ENL, à la conquête de l’étiquette

Nutrition

Nutri-Score et ENL, à la conquête de l’étiquette

Amélie Dereuder |  14 Novembre 2018 | 

Entre l’Evolved Nutrition Label (ENL) et Nutri-Score, la guerre de l'étiquette fait rage. Chacun à des partisans et souhaite devenir la référence européenne. Crédit photo Fotolia

De l’Evolved Nutrition Label (ENL) ou du Nutri-Score, quel sera l’étiquetage nutritionnel le plus plébiscité ? Si le dispositif promu par Serge Hercberg fait consensus au niveau des organisations de consommateurs, des pouvoirs publics français, belges et tout récemment espagnols, les fabricants de produits de grande consommation ont de quoi s’intéresser au système ENL, qui prend en compte la notion de portion. Entre l’échelle nutritionnelle et les feux tricolores, la guerre fait désormais rage. Chaque camp justifie la supériorité de son projet par études interposées. Si on entre dans le cœur du sujet, on se rend compte que les résultats ne portent sur les même points. Doit-on se fier à la préférence du consommateur et à ses déclarations, ou est-il plus cohérent de comparer l’effet sur les achats ou la consommation ? Tout dépend du but à atteindre : la stricte information ou la modification des comportements alimentaires en favorisant des aliments plus « sains » .

Différence de calcul

Les deux dispositifs ont aussi leur différence : le Nutri-Score a tendance à « mal noter » les aliments gras, salés et sucrés avec des couleurs rouges tandis que l’ENL est en général plus indulgent sur ces produits proposés en petites portions. Un brownie au caramel de 30g est par exemple noté E (rouge) par le premier et comptent quatre cases orange pour le second. Cette différence a un impact sur la réaction du consommateur, mais pas seulement. En termes de reformulation pour améliorer son score, les stratégies sont aussi différentes. L’ENL pousse ainsi à proposer de plus petites portions quand le Nutri-Score incite les fabricants à rajouter des protéines, des fibres ou des fruits et légumes.

Une remarque : aucun des deux ne prend en compte la biodisponibilité, la forme des nutriments ou le fameux effet matrice si crucial dans les aliments transformés. Un axe d’amélioration pour un prochain étiquetage nutritionnel ?

Retrouvez l'intégralité de notre article sur le Nutri-Score et l'ENL dans notre numéro de novembre 2018 .