Process Alimentaire / Qualité / Pour 79 % des entreprises, la certification reste une « priorité absolue »

Qualité

Pour 79 % des entreprises, la certification reste une « priorité absolue »

Marjolaine Cérou |  6 Mai 2019 | 

Selon une étude réalisée auprès de 1600 experts de la sécurité sanitaire, la certification est perçue comme l’outil le plus efficace pour faire progresser la sécurité des aliments. L'étude a été présentée par Véronique Discours-Buhot, directrice du Global Food Safety Initiative, et Ingunn Midttun Godal, directrice du développement commercial pour DNV GL. Crédit : GFSI.

79 % des entreprises agroalimentaires considèrent la certification comme une priorité absolue pour respecter la réglementation et comme un « véritable passeport commercial ». C’est ce qu’indique une étude réalisée par le Global Food Safety Initiative (GFSI), dont le rôle d’améliorer les systèmes de gestion de la sécurité sanitaire des aliments, et le spécialiste de la certification DNV GL. Les résultats ont été présentés lors de la conférence annuelle qui s’est tenue à Nice en février dernier. Pour 86 % des 1 600 experts interrogés, la certification est perçue comme un moyen d’améliorer la capacité à respecter la réglementation.

«Les résultats de l’étude attestent que la certification est au cœur des préoccupations des entreprises qui cherchent à impulser un changement positif à travers leurs chaînes de valeur. Producteurs et détaillants doivent préserver une totale transparence du processus de certification afin de combler l’écart de confiance qui subsiste entre les efforts qu’ils fournissent et les préoccupations des consommateurs » a déclaré Véronique Discours-Buhot, directrice du Global Food Safety Initiative.

Les solutions digitales de plus en plus prisées

Les résultats de l’étude montrent également que les leaders explorent la voie du déploiement de solutions digitales concrètes pour améliorer la sécurité alimentaire. À l’heure actuelle, une entreprise sur dix fait appel aux nouvelles technologies digitales pour garantir la sécurité alimentaire. À plus long terme, les entreprises sont toutefois quatre sur dix à prévoir d’y avoir recours. Plus d’un quart déclarent qu’elles ne savent pas combien elles investiront dans les solutions digitales dans les prochains mois et 14 % indiquent ne pas prévoir de dépenses du tout dans ce domaine.

« La culture de la sécurité alimentaire et la digitalisation constituent de réelles opportunités […]. Des entreprises en profitent déjà et améliorent ainsi la transparence du processus de certification, la gestion des chaînes logistiques et la confiance des consommateurs. La seule façon pour exploiter pleinement le potentiel de la digitalisation est de poursuivre un travail concerté », souligne Ingunn Midttun Godal, directrice du développement commercial pour DNV GL.