Le prix de la performance énergétique, organisé par Process Alimentaire avec le soutien d’EDF et le parrainage de l'ABEA, sera remis sur le salon CFIA le 10 mars. Trois finalistes sont en lice : Castel Viandes, La Normandise et Réo.

Castel Viandes, La Normandise et Réo : finalistes du prix Energ’IAA 2020

26 février 2020 - Pierre Christen

Le prix de la performance énergétique, organisé par Process Alimentaire avec le soutien d’EDF, sera remis sur le salon CFIA le 10 mars. Trois finalistes sont en lice : Castel Viandes, La Normandise et Réo.

Qui pour succéder aux derniers lauréats d’Energ’IAA, le prix de la performance énergétique en agroalimentaire ? Cooperl avait été mis à l’honneur en 2019, après Moulin de la Marche (Agromousquetaires) en 2017, et Sojasun (Triballat-Noyal) en 2018. L’événement organisé par Process Alimentaire, avec le soutien d’EDF et le parrainage de l’Association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA) met en lumière des entreprises exemplaires en matière de performance énergétique. Celles-ci doivent être implantées dans le Grand Ouest de la France (régions Bretagne, Normandie et Pays-de-la-Loire).

Le jury s’est réuni le 18 février. Le lauréat sera dévoilé lors de la soirée du salon CFIA, le mardi 10 mars.

Les dossiers des trois finalistes (Castel Viandes, La Normandise et Réaux) ont été examinés par le jury professionnel, qui s’est réuni le mardi 18 février dans les locaux des Editions du Boisbaudry. Aux côtés de Stéphanie Perraut et Pierre Christen pour le magazine Process Alimentaire, les expertises de Jean-Pierre Beyou (EDF), Guillaume Briend (BDI), Clothilde d’Argentré (ABEA) et Cécile Le Floch - Fouéré (Agrocampus) ont été mises à contribution.

Les dossiers des trois finalistes (Castel Viandes, La Normandise et Réaux) ont été examinés par le jury professionnel, qui s’est réuni le mardi 18 février dans les locaux des Editions du Boisbaudry. Aux côtés de Stéphanie Perraut et Pierre Christen pour le magazine Process Alimentaire, les expertises de Jean-Pierre Beyou (EDF), Guillaume Briend (BDI), Clothilde d’Argentré (ABEA) et Cécile Le Floch - Fouéré (Agrocampus) ont été mises à contribution.

 

Les trois finalistes :

Castel Viandes, à Châteaubriant (44)

Castel Viandes a engagé sa démarche de performance énergétique dès 2015. Elle s’est concrétisée par une certification Iso 50 001 en novembre 2018. De nombreuses actions ont été enclenchées, avec des résultats significatifs. En 2019, sur le gaz, l’indicateur performance énergétique (IPE) a diminué de 20 % par rapport à la consommation de référence. Sur l’électricité, il a baissé de 2 %. En 2018, des travaux sur l’installation frigorifique ont été réalisés, tels que des systèmes de régulation par haute pression flottante, des vitesses variables sur le nouveau condenseur adiabatique, et un dispositif de récupération de chaleur. Le dossier se distingue par le raccordement de l’entreprise, via un système d’échangeur, à la chaudière biomasse de la ville de Châteaubriant (44). L’énergie est utilisée pour réchauffer l’eau. La consommation de gaz entre 2017 et 2018 a baissé de 60 % et la consommation globale « gaz-calories réseau de chaleur » a diminué de 21 %.

La Normandise, à Vire (14)

Le spécialiste du pet-food a structuré sa performance énergétique dès 2012 et obtenu la certification Iso 50 001 en 2015. Les indicateurs de performances énergétiques ont baissé de 2012 à 2016, avant une augmentation liée à l'agrandissement de l’usine (de 10 000 m²). La Normandise poursuit ses efforts, avec par exemple le passage aux led sur le copacking, la récupération de chaleur sur les autoclaves ou l’installation de régulations sur les compresseurs. L’action significative provient de son implication dans l’usine de méthanisation Agrigaz, qui injectera du biogaz à partir de mai dans le réseau (23 000 MWh/an). Un projet porté avec plus d’une quarantaine d’agriculteurs. En décembre, La Normandise a mis en service un réseau de chaleur fatale qui va alimenter la station pour sa montée en température et éviter qu’elle auto-consomme du biogaz. L’énergie provient de l’eau à 55°C issue des stérilisateurs. Elle va aussi permettre de chauffer trois bâtiments de l’industriel. Soit au total 4 544 Mwh/an d’énergie distribuée et non perdue. Un gain de 1217 t de CO2 par an.

Réo, à Lessay (50)

Entré dans le giron du groupe coopératif Maîtres Laitiers du Cotentin depuis 2017, Réo a amélioré sa performance énergétique en lien avec l'évolution de son activité. La fromagerie a augmenté sa capacité de froid et remplacé sa chaudière vapeur au fioul lourd. Accompagnée par Certinergie & Solutions, Réo est passée au gaz naturel pour la production de vapeur. La société a remplacé aussi son groupe froid de 305 kW par deux nouvelles unités sur variateur de vitesse (1,03 MW froid chacune), associées à un système de récupération d’énergie. Les tuyauteries sont calorifugées et un réseau de retour de condensats a été créé. Un logiciel spécifique supervise désormais l’ensemble de l’installation énergétique. Les résultats sont là : -32 % sur le ratio énergétique total, dont -51 % sur la consommation électrique du groupe froid et -28 % sur la chaudière.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois