Les ruptures et difficultés d'approvisionnement entraînent des difficultés à se procurer certaines matières premières comme l’huile de tournesol. Cela pourrait conduire les fabricants à trouver d’autres circuits d’approvisionnements, voire à reformuler certaines recettes. Une instruction est en cours pour un assouplissement des étiquetages. Crédit : Adobe Stock.

Vie des IAA

Hausse des matières premières : les premiers contrats sont rouverts

25 mars 2022 - Marjolaine Cérou

La guerre en Ukraine, et la flambée des prix des matières premières qui l’accompagne, entraînent une réouverture des contrats commerciaux. Un assouplissement des étiquetages est en cours d’instruction. Point de situation.

Dans le cadre de son plan de résilience, le gouvernement s’est engagé à effectuer une réunion hebdomadaire de suivi des négociations  pour faire face aux impacts du conflit Russo-Ukrainien sur les approvisionnements et les prix des matières premières agricoles et industrielles. « Il y a eu une vraie prise de conscience de la gravité de la situation et de l’importance pour la survie de certaines exploitations et industries. Un mouvement s’est enclenché et il semble y avoir une écoute de la part des distributeurs », assure le cabinet du ministère de l’Agriculture. A date, 10 % des grandes marques nationales ont fait des demandes de réouvertures de discussion. Les premiers échanges sont en cours avec les distributeurs et se déroulent « dans un esprit constructif » selon le cabinet du ministère. Pour rappel, la loi fixe un mois pour trouver une issue entre l’envoi de la demande et la fin des discussions.  

Comme annoncé la semaine dernière, une charte de bonne conduite est en cours de rédaction. Celle-ci prend en compte trois points principaux :
1) le fait d’accepter d’ouvrir les discussions dans ce contexte, même si les clauses ont été signées sans tenir compte de la guerre en Ukraine;
2) les pénalités logistiques, avec la possibilité d’avoir un moratoire lorsque les impacts sur les entreprises sont en lien avec les difficultés du moment et qu’il y a des justifications;
3) la nécessité de transparence de la part des fournisseurs.
« Les premiers retours montrent peu de divergence », souligne le ministère qui a bon espoir de finaliser la charte d'ici la semaine prochaine.

Vers un assouplissement des étiquetages

Une instruction est également en cours sur les étiquetages des produits alimentaires pour apporter davantage de souplesse. « Les modifications sur les chaînes d’approvisionnement entraînent des difficultés à se procurer certaines matières premières comme l’huile de tournesol. Ce qui va conduire les acteurs du secteur à trouver d’autres circuits d’approvisionnements, voire à reformuler certaines recettes », souligne le ministère, qui indique être en plein diagnostic avec les professionnels de la filière et les associations de consommateurs.

La prochaine réunion de suivi se tiendra le 31 mars prochain.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois