Emballage

Le packaging sur la voie écologique

Depuis une quinzaine d’années, maints efforts ont été faits pour réduire l’empreinte écologique des emballages. Les démarches d’éco-conception atteignent leurs limites sur certains conditionnements, l’heure est maintenant à la généralisation des bonnes pratiques.

Professionnels et utilisateurs d’emballages n’ont de cesse d’améliorer la dimension « développement durable » dans leur cahier des charges. Le durcissement des différentes réglementations (directive 94/62/CE, Plan national d’allocation de quotas de CO2, Grenelle de l’environnement…) a été le premier vecteur de cette évolution. La prise de conscience du grand public de la nécessité de diminuer les déchets a enfoncé le clou ces dernières années.

L’éco-conception au coeur des débats

Les Journées de l’Emballage (JDE), qui ont eu lieu à Reims les 21 et 22 septembre derniers ont rassemblé la profession autour du thème « Maîtriser les enjeux environnementaux ». L’occasion pour producteurs et utilisateurs d’emballages de mettre en commun leurs bonnes pratiques d’éco-conception. L’allégement de la bouteille de champagne en est une première illustration. La Champenoise Ecova (835 g contre 900 g auparavant) produite par Saint-Gobain Emballage a permis d’économiser 8 000 tonnes de carbone en 2009. « La démarche est applicable à l’ensemble des marchés du vin, explique Mathilde Hébert, responsable développement marketing de Verallia Saint-Gobain Emballage. L’étude est à faire au cas par cas, selon les caractéristiques de la bouteille ». Le verre, de par sa recyclabilité à 100 %, bénéficie d’une bonne réputation, mais son poids constitue son principal talon d’Achille. « Il sera difficile, voire impossible de diminuer à nouveau le poids de la bouteille de champagne » précise Mathilde Hébert.

De plus, certains marchés restent peu concernés par l’utilisation de verre recyclé. C’est le cas des jus de fruits, des produits laitiers, ou des produits d’épicerie qui demandent du verre extra-blanc. « La technique de démélange, en séparant les différentes couleurs de verre existe, explique Mathilde Hébert. Mais l’approvisionnement est problématique et la régularité du taux de calcin dans la bouteille en verre blanc n’est pas garantie ». Difficile donc pour un industriel de communiquer sur la part de verre recyclé dans ses emballages.

Tout le sommaire

  • Retrouvez l'intégralité de notre article "Le packaging sur la voie écologique" dans numéro d’octobre 2010.
Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois