Ingrédients

La vanille mise sur différentes origines

29 mai 2017 - Amélie Dereuder

Proposer différentes origines de vanille est un moyen de limiter la dépendance à l’approvisionnement de Madagascar, mais aussi de diversifier les saveurs. Mamie Nova a par exemple lancé un dessert vanille des Indes dans sa gamme Gourmand. Crédit photo Mamie Nova.

Multipliés par 20 en l’espace de deux ans, les cours de la gousse de vanille atteignent des niveaux record en 2017. En cause, la situation complexe sur l'île de Madagascar, frappée par le cyclone Enawo en mars, qui a endommagé 20 % des plantations. Or ce pays représente 80 % de la production mondiale. Une forte dépendance à cette source d'approvisionnement s’est installée. La spéculation bat son plein, ce qui tire encore plus les cours de la vanille vers le haut dès la moindre annonce de baisse de production.

Pour sortir de cette origine unique, de nombreux fournisseurs proposent ainsi des vanilles d’autres origines, comme d’Indonésie et de la Papouasie-Nouvelle Guinée, ou encore du Mexique, des Comores, de l’Ouganda, de l’Inde et de Tahiti, bien que les quantités restent limitées.

« Nous essayons d’ouvrir nos clients à d’autres origines que Madagascar pour deux raisons. La première est pour réintroduire une saine concurrence entre les différents bassins de production et casser le monopole qui entretient la spéculation. L’autre raison est que les consommateurs ont soif de traçabilité, d’authenticité et d’originalité. Proposer d’autres origines de vanille est un bon moyen d’innover sur de nouveaux produits », argumente Alessandra Ognibene-Lerouvillois, directrice marketing et communication chez Prova.

Vanille des Indes, des Comores, de Tahiti...

Des industriels ont commencé à proposer des produits lactés qui mettent en avant diverses provenances, une façon d’offrir d’autres goûts aux consommateurs et de tester le marché. Mamie Nova a par exemple lancé un dessert vanille des Indes (à l’arôme naturel de vanille) dans sa gamme Gourmand. La marque vante un produit « délicatement parfumé avec des notes doucement épicées ». Le positionnement joue sur l’exotisme et le voyage, des valeurs sûres. Une référence de crème dessert à la vanille Bourbon est toujours disponible dans une autre gamme de la marque.

De son côté, Michel et Augustin a décliné ses yaourts à boire en éditions limitées. La première est à l’infusion de vanille de Madagascar et au sirop d’érable. Les références vanille des Comores et miel des Pyrénées ainsi que vanille de Tahiti et lait d’amande sortent des sentiers battus. Les « Trublions du goût » communiquent sur une saveur épicée et des notes fleur d’oranger pour l’origine Comores et un parfum anisé, des notes pain d’épices et fruitées pour Tahiti. La marque utilise pour ces deux produits des extraits naturels de vanille.

Retrouvez notre article complet sur la flambée des cours de la vanille dans notre numéro de juin 2017 (à paraître).

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois