En matière de bien-être animal, les investissements se poursuivent.

Qualité

Bien-être animal : 10 ans d’investissement et de progrès dans l’agroalimentaire

17 mars 2022 - Stéphanie PERRAUT

La dixième édition du BBFAW, le classement annuel international des leaders de l’agroalimentaire sur leurs engagements et leurs performances en matière de bien-être animal, vient d’être publiée. Elle révèle que si les investissements se poursuivent, les résultats significatifs tardent en revanche sur le terrain.

Pour la dixième année consécutive, le Business Benchmark on Farm Animal Welfare (BBFAW) a analysé les engagements et la performance des leaders mondiaux de l’agroalimentaire (grande distribution, restauration et producteurs – transformateurs) sur le bien-être des animaux d’élevage. Soutenue par les organisations CIWF et Four Paws, la démarche a évalué 150 entreprises, dont 13 françaises, sur la base des informations qu’elles ont rendues publiques. Il en ressort que :

  • 134 (89%) reconnaissent le bien-être animal comme un enjeu stratégique (contre 71 % des 68 évalués en 2012);
  • 122 (81%) ont publié des politiques dédiées au bien-être animal (contre 46 % en 2012);
  • 119 (79%) ont publié des objectifs chiffrés associés à des échéances pour le bien-être animal (contre 26 % en 2012);
  • Seules quatre acteurs se hissent au premier niveau du Benchmark (les britanniques Marks and Spencer, Waitrose, Noble Foods et Premier Foods), les entreprises étant classées du niveau 6, le plus faible, au niveau 1 pour les plus avancées.

En dix ans d’existence, le classement fait ressortir des évolutions notables, nuancées toutefois par le nouveau « score d’impact BBFAW ». Cet indicateur, introduit en 2021, classe les entreprises de A à F sur les dix questions relatives à leur performance. Il montre que la mise en œuvre des améliorations est bien plus lente que les progrès relatifs aux politiques et à la gouvernance. C’est le cas notamment sur les données les plus largement communiquées, c’est-à-dire la production hors-cage pour les poules pondeuses. 88 entreprises (59%) rendent comptent de leurs progrès en la matière. Mais seules 23 entreprises d’entre elles indiquent dépasser les 60 % d’approvisionnement. 

Les entreprises françaises se maintiennent dans le classement

Le Benchmark 2021 a renforcé l’importance donnée au reporting et à la performance dans la notation totale, en augmentant la pondération de la section. Cette adaptation a conduit 36 entreprises à perdre un niveau dans le classement. Cependant, malgré l’ampleur des changements de notation introduits pour cette nouvelle édition, six entreprises ont réussi à gagner un niveau. En France, E.Leclerc monte au niveau 4 et Terrena atteint le niveau 3. A l’inverse, quatre des entreprises précédemment classées au niveau 3 sont descendues au niveau 4 (Groupe Casino, Elior, Groupe LDC, Sodexo).

Le groupe Danone reste cette année encore l’entreprise française la mieux classée, et la seule à atteindre le niveau 2, notamment grâce à la mise à jour de son reporting annuel sur le bien-être animal. Carrefour, Auchan, et Les Mousquetaires ainsi que Compass Group se maintiennent au niveau 3. Cooperl Arc Atlantique et Lactalis conservent leur position aux niveaux 4 et 5 respectivement.

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois