La dernière enquête de la DGCCRF pointe les non-conformités liées à une teneur en gluten dépassant les seuils autorisés. Les inspecteurs relèvent également l’utilisation de mentions non réglementées.Crédit : Adobe Stock.

Qualité

Sans gluten : 10 % de non-conformités selon la DGCCRF

24 août 2020 - Marjolaine Cérou

La dernière enquête de la DGCCRF pointe les non-conformités liées à une teneur en gluten dépassant les seuils autorisés. Les inspecteurs relèvent également l’utilisation de mentions non réglementées.

En plein essor, le marché des produits sans gluten connaît une croissance constante de 20 % depuis cinq ans. Ce qui pousse la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) à régulièrement contrôler la bonne application de la réglementation et de vérifier l’absence de gluten dans les produits ou la bonne utilisation des mentions s’en prévalant. Sur les 111 échantillons analysés lors de sa dernière enquête, 10 % se sont révélés non conformes.

La majorité de ces non-conformités est liée à une teneur en gluten dépassant le seuil autorisé (20 ppm dans le cas des produits sans gluten et 100 ppm pour les produits « à très faible teneur en gluten », selon le règlement UE 828/2014). Dans le cadre de l’enquête, 11 établissements ont fait l’objet d’une injonction et 24 d’un avertissement.
Globalement, les inspecteurs constatent une maîtrise de la réglementation, que ce soit par les opérateurs d’une certaine importance ou par ceux spécialisés dans la fabrication de produits sans gluten. Ils pointent surtout du doigt la grande distribution « bio » en raison de lacunes dans la formation des salariés, et les établissements non spécialisés ayant une offre limitée de produits sans gluten, suite à une méconnaissance de la réglementation en vigueur. Pour autant, les inspecteurs notent que les professionnels se sont montrés réceptifs et qu’ils ont fait évoluer leurs actions en améliorant leurs processus de fabrication ou, dans le cas de certains restaurants traditionnels et boulangeries, à renoncer à ce type de produits.

Des mentions non réglementées utilisées

Le cas d’utilisation de mentions non réglementées a également alerté les inspecteurs. Celles-ci sont utilisées pour répondre à la demande des consommateurs non atteints de la maladie cœliaque mais désireux de limiter le gluten dans leur alimentation. Ces mentions sont le plus souvent utilisées pour des produits reformulés, mais pour lesquels les opérateurs ne mettent pas forcément en place le contrôle des contaminations croisées qu’exige le seuil de 20 ppm. Les enquêteurs ont ainsi relevé des mentions comme « je réduis mon gluten », « libre de gluten », « Ingrédient sans gluten », « faible en gluten », « sans gluten ajouté », etc. « Certaines d’entre-elles doivent être définitivement écartées car elles entrent en conflit avec les mentions réservées aux produits destinées aux malades cœliaques. Des demandes en ce sens ont été formulées aux opérateurs concernées », affirme la DGCCRF, qui va poursuivre ses actions de communication auprès des acteurs du secteur face à la croissance de ce marché.

La forte demande en produits sans gluten s’explique par une augmentation de la population intolérante touchée par la maladie cœliaque (plus facilement dépistée aujourd’hui), par une exclusion du gluten dans le cas de certains maladies auto-immunes, mais aussi par une tendance pour certains consommateurs à limiter leur consommation de gluten et par l’effet positif du régime sans gluten allégué par certains sportifs ou influenceurs. En parallèle, l’entrée en application du règlement Inco (1169/2001) a élargi les informations obligatoires sur les allergènes. Le marché du sans gluten toucherait aujourd’hui près de 12 millions de consommateurs.

 

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

  • Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
  • Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
  • Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois