Vie des IAA

Pendant la crise, les consommateurs bio ont privilégié le local

22 mars 2021 - Amelie Dereuder

L’Agence Bio a publié son 18ème baromètre de la consommation de produits bio, qui est aussi sa première étude en temps de pandémie. Pour la première fois, la dynamique des achats de produits bio en grande distribution est à la baisse (- 3 points, 74 % des consommateurs bio ad minima mensuels citent au moins une fois ce lieu d'achat), au profit de celle des circuits courts et du local (+ 6 points, 61 %). Après le premier confinement, un consommateur bio sur dix a cessé de faire ses achats dans les enseignes généralistes. Bien que ces grandes et moyennes surfaces demeurent le lieu de prédilection de nombreux acheteurs bio, la pandémie les a poussés à s’intéresser de plus près à leur écosystème local pour éviter la foule et soutenir les producteurs.

Dans de nombreux cas, la vente à la ferme concerne des produits bruts, qui connu un bel essor avec la recrudescence du fait-maison pendant les confinements de 2020. 55 % des consommateurs (bio et non bio) ont déclaré cuisiner davantage, soit une hausse de 8 points et 59 % des acheteurs de bio disent opter pour plus de produits frais et de saison. L’étude montre également que 41 % des acheteurs préfèrent acheter des produits locaux plutôt que bio, surtout chez les pionniers du bio et les plus de 65 ans.

15 % de nouveaux consommateurs avant la pandémie en 2020

« Le marché bio a séduit 15 % de nouveaux consommateurs en 2020, principalement des moins de 25 ans (21 %), des CSP – (20 %) et des femmes (17 %) », explique Laure Verdeau, directrice de l’Agence Bio. On note que 73 % de ces nouveaux consommateurs se sont intéressés aux produits avant le premier confinement, et 17 % pendant cette période de restriction. Cette démocratisation s’accompagne d’un nouveau constat : par rapport à 2019, le frein du prix semble diminuer. Au global, 73 % des consommateurs estiment que les produits bio sont trop chers, soit une baisse de 7 points. Philippe Henry, le président de l’Agence Bio, avance deux hypothèses : « Soit les consommateurs comprennent mieux les tenants et aboutissants du surcoût de la production bio, soit ils ont acquis des réflexes d’achats de produits bruts, moins emballés ou sans intermédiaire, ayant un prix moins élevé. »  

Les Français qui achètent du bio le font toujours en majorité pour leur santé (61 %) puis pour l’environnement (48 %), ces scores étant inversés pour les moins de 25 ans. Les autres critères d’achats importants sont le goût, l’origine des produits bruts, la fabrication française ou locale. En ces temps de pandémie,les consommateurs bio, comme non bio, mettent de plus en plus l’accent sur la proximité géographique.

Process Alimentaire - Abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois