Une rentabilité en baisse pour Bonduelle

4 octobre 2022 - Marjolaine Cérou

Bonduelle a publié ses résultats, clos au 30 juin 2022. Le groupe nordiste voit sa rentabilité baisser dans un contexte difficile, entre pandémie, crise géopolitique et tensions sur les matières premières.

Le groupe Bonduelle a présenté ce lundi 3 octobre ses résultats pour l’exercice 2021/2022 (pour un exercice clos au 30 juin 2022). Le groupe nordiste affiche un chiffre d’affaires de 2,8 milliards d’euros en progression de 4,1 % en données publiées et +1,8 % en données comparables. Cela, sans prendre en compte la cession de la division Ball (Bonduelle American Long Life) en juin dernier.

La croissance globale est portée par les activités de longue conservation (légumes en conserve et légumes surgelés). Les variations des devises ont eu un effet favorable de +2,3 % sur la croissance du groupe. La rentabilité opérationnelle courante est en revanche en repli (-3,7 %). Tandis que le résultat net chute de 38 %. 

Son directeur général, Guillaume Debrosse, invoque le contexte complexe. « Nous venons de vivre une année particulièrement intense, entre la fin du Covid, l’inflation qui a impacté l’ensemble de nos coûts (emballages, transport, papier, carton, salaires, etc.), sans oublier le choc énergétique, lié au conflit en Ukraine. Nous avons opéré une revalorisation tarifaire et il y en aura d’autres car nous ne sommes pas en capacité de tout absorber », analyse-t-il. 

La business unit Bonduelle Europe Long Life voit sa performance tirée par la reprise dynamique du surgelés. « Une conséquence du lancement très prometteur de Cassegrain au rayon des surgelés. Nous retrouvons les tendances de consommation d’avant Covid pour la RHF», indique-t-il. Pour le frais et le traiteur Europe, la croissance globale de l’activité est tirée par le dynamique de la RHF. « Le frais 4ème gamme diffère selon les pays. La situation est plus difficile en France, alors que l'activité est en croissance en Allemagne et en Italie. L’année a, au contraire, été plus difficile Outre-Atlantique. La business unit Bonduelle Fresh Americas est clairement en difficulté. « Le chiffre d’affaires est en baisse de 11 %. Le marché est touché de plein fouet par une inflation plus forte qu’en Europe », explique le directeur général. 

Bonduelle a choisi en mars de maintenir ses activités en Russie. « Les investissements, hors maintenance, ont été coupés. Aujourd’hui, le groupe redémarre progressivement les activités en Ukraine », commente Guillaume Debrosse. Le groupe nordiste a décidé de dédier la totalité des bénéfices réalisés durant l’exercice sur les ventes du territoire russe à la reconstruction future de l’Ukraine, des infrastructures, mais aussi des écosystèmes agricoles et alimentaires. Ce montant s’élève à 1,2 million d’euros. « Le mode de réinvestissement de ce montant n’a pas encore été identifié à ce jour », poursuit-il.

Un changement de physionomie

Une année marquée également par la cession partielle de la division Ball (Bonduelle American Long Life), devenue Nortera Foods, qui est dédiée à la transformation et à la commercialisation de légumes surgelés et en conserve aux Etats-Unis et au Canada. Ce projet fait suite à la revue stratégique annoncée en septembre 2021. Il vise à permettre au groupe de poursuivre le déploiement de ses activités, en particulier à marques, en ligne avec ses priorités stratégiques et son ambition de croissance durable à impact positif. « Nous sommes aujourd’hui trois actionnaires minoritaires. Cela change la physionomie du groupe. Le poids des marques passe à 58 % au lieu de 48 % précédemment », justifie Grégory Sanson, le directeur financier. La cession de cette activité porte également le chiffre d’affaires global du groupe de 2,8 milliards d’euros à 2,2 milliards d’euros ( hors IFRS 5).

Sur la base du nouveau périmètre, et compte tenu d’un environnement particulièrement incertain et volatil, Bonduelle cible (à taux de change et périmètre constants) une croissance de chiffre d’affaires de 8 à 11 %  et une marge opérationnelle courante stable à 2,5 %, soit une progression de la rentabilité opérationnelle courante proche de 15 %.  

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois