Emballages

Bercy soutient la structuration d’une filière emballages vertueuse

20 décembre 2021 - Karine Ermenier

Réunis pour la première fois au ministère de l’Economie à Paris-Bercy le 15 décembre dernier à l’occasion d’un colloque organisé par le Symop et le CNE, les acteurs de toute la chaîne de l’emballage ont échangé sur les solutions communes à mettre en œuvre pour accélérer la transition. Soutenus par Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’industrie, qui a introduit la matinée.

« Emballages et machines, tous ensemble accélérons la transition ». Tel était le thème du colloque organisé conjointement par le Conseil national de l’emballage (CNE) et le Symop, organisation professionnelle des fabricants de machines et technologies de production pour l’industrie, le 15 décembre dernier à Paris. De quoi, pour la première fois, réunir (physiquement mais surtout virtuellement, situation sanitaire oblige) l’ensemble des parties-prenantes de la chaîne de l’emballage, depuis les fabricants de matériaux jusqu’au recycleurs, en passant par les constructeurs de machines et les metteurs en marché. Autre grande première, ce colloque s’est tenu au sein même du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance à Bercy et a été introduit par la ministre déléguée à l’industrie en personne, Agnès Pannier-Runacher. « Dans le contexte actuel de reconquête industrielle, l’enjeu des emballages est loin d’être anecdotique. Car la France se hisse dans le Top 3 européen du secteur. Elle est même première sur les emballages en bois et seconde sur les plastiques », a indiqué la ministre. Avant d’ajouter que « la transition vers une économie circulaire, rendue indispensable pour des raisons d’enjeux climatiques et d’épuisement des ressources, ne pourra se faire sans la filière emballages au sens large ».

Un retard à rattraper en matière de collecte et de recyclage

Le lieu, la présence de la ministre, tout comme ses propos, sont forts de sens pour une filière qui, jusqu’à la crise du Covid-19, a davantage été dépeinte comme un problème que comme une solution. Pour autant, la ministre a rappelé tout le travail qui restait à accomplir pour emmener cette industrie, déjà avancée en matière d’automatisation, vers l’industrie du futur. « Nous avons raté le virage de la machine-outil en France, ne ratons pas celui de l’industrie du futur », a-t-elle déclaré. En faisant notamment référence à l’industrie avale, celle du tri et du recyclage. « Cette filière rencontre des difficultés, la France a pris un retard important vis-à-vis de l’Allemagne et des pays du Nord de l’Europe.  Nous sommes à votre disposition au ministère pour accélérer, inventer les solutions, regarder les éléments de réglementation qui peuvent évoluer », a-t-elle précisé.

Des marges de progrès en matière de conception, de collecte, de tri et de recyclage ont donc été identifiées et le ministère -qui entend mobiliser ses moyens autour des programmes France Relance et France 2030- soutient l’ensemble de ces initiatives. Mme Pannier-Runacher a rappelé une partie des dispositifs d’aide qui se présentent aujourd’hui : 800 M€ à travers France Relance 2030, 500 M€ dans le fonds économie circulaire de l’Ademe d’ici 2022, 274 M€ pour la modernisation de la collecte, 226 M€ pour le réemploi et la réintégration de recyclé, etc. « Je compte sur vous pour trouver les solutions nécessaires pour la planète et pour construire les parts de marché françaises sur le territoire français et à l’export », a-t-elle conclu.

Les témoignages de Lactalis et Coca-Cola

Après son intervention, place a justement été donnée aux solutions avec le témoignage, entre autres, de Pierre Pierre Georgeault, directeur R&D Packaging de Lactalis qui a exposé les trois grands axes stratégiques du groupe en matière d’emballages, à savoir : réduire, aller vers la circularité et sensibiliser le consommateur. Il a notamment détaillé un des projets collectifs auquel Lactalis prend part au sein du consortium PS25, celui de la création d’une filière de recyclage du polystyrène en France. Arnaud Rolland, directeur RSE de Coca-Cola European Partners a également rappelé l’intérêt de remplacer les irritants (comme les films plastique de regroupement), d’alléger le poids des bouteilles, d’attacher les bouchons mais aussi et surtout d’améliorer la collecte, le tri et le recyclage des plastiques de façon à disposer d’un gisement suffisant de r-PET à réincorporer. Pour cela, il a une nouvelle fois milité en faveur de la mise en place de la consigne pour recyclage pour aller vers 100 % de collecte. Rappelons que l’objectif européen est de 90 % de collecte au plus tard en 2029.

Nécessiter de créer une véritable filière de l'emballage

D'autres témoignages ont suivi, clôturés par une table-ronde réunissant Michel Fontaine, président Conseil national de l’emballage, Eric Fresnel, président de Sleever International et président du groupement machines du Symop, Roland Marion , directeur adjoint à la direction de l'économie circulaire et déchets de l'Ademe et Fausto Rotelli, external relations director de l'Ania et directeur RSE emballages de Ferrero. L'occasion d'évoquer ensemble les opportunités de créer davantage de passerelles entre les différents maillons de la chaîne pour trouver des solutions économiques et écologiques à l'industrie circulaire, au recyclage chimique et au retour au contact alimentaire, à la traçabilité des données, à l'éco-conception des produits, à l'harmonisation des règles et des pratiques en France et en Europe, etc.etc. "L'emballage était une filière inexistante , un des objectifs de cette matinée était de montrer que les emballages, les fabricants de machine, les recycleurs, etc., ont des objectifs communs et qu'ils sont en mesure de collaborer ensemble pour mettre en place des solutions communes", a conclu Olivier Dario, délégué général du Symop. 

Retrouvez le replay de cette matinée organisée en partenariat avec l’Ilec, Citeo, DS Smith, Elipso, Serac, Sleever International, Socaps et Thimon, avec le soutien de la filière Solutions Industrie du Futur, ici : colloque Symop/CNE «Emballages et machines, tous ensemble accélérons la transition ».

 

Process Alimentaire - Formules d'abonnement

LE MAGAZINE DES INDUSTRIELS DE L’AGROALIMENTAIRE

● Une veille complète de l’actualité du secteur agroalimentaire
● Des enquêtes et dossiers sur des thèmes stratégiques
● Des solutions techniques pour votre usine

Profitez d'une offre découverte 3 mois